Mariages des enfants: le Népal n'en fait pas assez pour les combattre

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Mariages des enfants: le Népal n'en fait pas assez pour les combattre

Publié le 09/09/2016 à 08:40 - Mise à jour à 08:41
©OJO Images/Rex/SIPA
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le Népal est dans le viseur de l'ONG Himan Rights Watch pour la déficience de sa lutte contre les mariages d'enfants, dont un certain nombre seraient par ailleurs forcés. Une fille sur trois y est unie à un homme avant ses 18 ans, selon un document publié jeudi par l'organisation.

Le Népal doit intensifier sa lutte contre les mariages d'enfants, dans ce pays himalayen où une fille sur trois est mariée avant l'âge de 18 ans, a appelé jeudi 8 Human Rights Watch.

Bien que le mariage avant l'âge de 20 ans soit interdit au Népal, la loi est rarement appliquée. Le gouvernement, qui avait promis de mettre fin à cette pratique d'ici 2020, a récemment repoussé cette date butoir à 2030.

"De nombreux enfants au Népal -garçons et filles- voient leur avenir volé par un mariage précoce", a déclaré Heather Barr, chercheuse senior au sein de l'organisation de défense des droits de l'Homme, à l'occasion de la publication d'un rapport sur le sujet.

Selon l'ONG, 37% des filles et 11% des garçons au Népal sont mariés avant leurs 18 ans. Le rapport relève que ces chiffres semblent globalement en baisse, mais s'inquiète d'une inversion de la tendance. "Le gouvernement népalais promet des réformes mais dans les villes et les villages, rien n'a changé", a dénoncé Mme Barr.

HRW cite le témoignage d'une femme de 21 ans, mariée à l'âge de 16 ans, mère de deux enfants et enceinte du troisième au moment de l'interview. "J'ai eu un mariage arrangé et je n'avais pas mon mot à dire. Je n'avais pas non plus mon mot à dire sur le fait de tomber enceinte", raconte cette jeune femme dont seul le prénom, Nutan, est donné.

Si des enfants sont victimes de mariages contre leur gré, HRW en a toutefois aussi rencontrés s'étant mariés par amour, ou ayant choisi l'union conjugale afin d'échapper à la pauvreté ou à la maltraitance.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"De nombreux enfants au Népal -garçons et filles- voient leur avenir volé par un mariage d'enfants", selon Human Rights Watch.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-