Marne: morte d'une infection généralisée après un déni de grossesse

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Marne: morte d'une infection généralisée après un déni de grossesse

Publié le 29/05/2018 à 17:06 - Mise à jour à 17:12
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une jeune femme de 34 ans est morte en 2016 aux urgences de Reims après une infection généralisée à cause d'un bébé mort-né. Elle avait fait un déni de grossesse et aucun médecin n'avait détecté qu'elle était enceinte avant l'autopsie. Ses parents avaient porté plainte mais la justice avait conclu à l'absence de faute pénale. Ils ont revécu leur calvaire en apprenant récemment la mort de Naomi Musenga.

La mort de Naomi Musenga a réveillé la douleur de dizaines de famille qui, comme celle de la jeune femme de 22 ans, en veulent à la chaîne des secours (Samu, médecins, pompiers…) pour la mort de leur proche. C'est le cas de la famille Seurey à Reims dans la Marne.

"Quand j'ai appris cette histoire à Strasbourg, j'ai pleuré devant ma télé. J'ai tout de suite pensé à ma fille. (…) C'est atroce. Ca ravive notre douleur", a confié Pascal Seurey, père d'une victime, à L'Union.

En février 2016, sa fille, Alexandra, 34 ans, est morte aux urgences du CHU de Reims, où elle avait été admise pour de fortes douleurs au ventre. Elle a fait une septicémie, une infection généralisée causée par une grossesse extra-utérine non détecté. Son bébé était mort-né.

La jeune femme, qui n'avait pas d'autres enfants, a fait un déni de grossesse. Elle était enceinte de neuf mois quand elle est décédée et ne s'en était pas rendu compte. Ni elle, ni son compagnon, ni ses proches, ni même les médecins qu'elle a consultés.

Lire aussi: Samu - "une dizaine d'affaires" comparables à celle de Naomi Musenga, selon Buzyn

Six jours avant de mourir, elle avait consulté à trois reprises un médecin à cause d'intenses douleurs au ventre. Au CHU, le 20 février, on lui a diagnostiqué une cystite. Le 23, SOS Médecins évoque une thrombose hémorroïdaire.

Ses problèmes de santé se sont ensuite aggravés. Le 26 février après-midi, après avoir appelé les pompiers, elle est transportée aux urgences dans un état grave. Elle y décèdera à 14h45.

Pascal, le père, et Nathalie, la mère, ainsi que le compagnon de leur fille (et géniteur du bébé) ont rapidement décidé de porter plainte contre X pour "homicide involontaire" et une enquête a été ouverte par le parquet de Reims pour "recherche des causes de la mort".

L'autopsie a révélé plus tard la présence "d'un fœtus viable mort in utero", expliquant aussi que la septicémie était "probablement due à la rétention de l'œuf mort".

Alors qu'aucune échographie n'a été effectuée sur Alexandra, malgré les multiples consultations médicales, la justice a conclu que personne n'avait commis aucune infraction pénale.

Depuis, les parents d'Alexandra ne comprennent pas et n'arrivent pas à faire leur deuil. Après la médiatisation de la mort de Naomi Musenga, ils ont décidé de reprendre un avocat, espérant pouvoir rouvrir l'enquête, et comprendre toutes les circonstances du décès de leur fille.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


En 2016, une jeune femme est décédée aux urgences de Reims d'une infection généralisée après un déni de grossesse. Son bébé était mort-né.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-