Marseille: polémique après une arrestation par des policiers en civil portant kamis et voile intégral (VIDEO)

Marseille: polémique après une arrestation par des policiers en civil portant kamis et voile intégral (VIDEO)

Publié le 03/02/2017 à 08:05 - Mise à jour à 08:08
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'arrestation a Marseille d'un dealer présumé s'est faite par des policiers habillés en "musulmans" pour passer inaperçus. Un procédé habituel pour leur hiérarchie, mais la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux crée l'émoi.

C'est une vidéo qui fiat polémique qui circule sur les réseaux sociaux. Postée sur Twitter en milieu de journée, et probablement filmée via Snapchat, elle montre en effet deux policiers habillé en civil en train d'arrêter un homme, un trafiquant de drogue présumé, avant qu'un troisième, en uniforme, ne vienne leur prêter main forte. Les faits se déroulent le 1er février dans le quartier dit de la Bricarde, dans le 15e arrondissement de Marseille.

Mais c'est un (gros) détail qui a créé le "buzz": les deux agents déguisés portaient, pour passer inaperçu dans cet environnement, pour l'un un "kamis" (un vêtement long porté par les hommes), pour l'autre un "jilbab", une longue robe sombre avec une capuche pour couvrir les cheveux, mais laissant le visage visible.

L'auteur de la vidéo (retweeté 2.300 fois ce vendredi 3 au matin), ainsi qu'une partie des commentaires critiques, décrivent une forme de "stigmatisation", de voir ainsi deux policiers qui se déguisent en "musulmans" pour pouvoir évoluer ainsi sur le terrain.

L'homme arrêté portait sur lui pas moins de 1,2 kilogramme de cannabis et a été placé en garde à vue. Interrogée par les médias sur ce type de méthode de dissimulation polémique, la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) assume: "Il s’agit d’une interpellation par des effectifs de la police nationale, issus de la brigade spécialisée de terrain" et que s'habiller de la sorte correspond à un "subterfuge pour procéder à des interventions qui existe dans la police depuis des années".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La police marseillaise admet que cette pratique est parfois utilisée pour certaines investigations ou arrestations.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-