Marseille: une mosquée salafiste ferme à cause de ses prêches radicaux

Marseille: une mosquée salafiste ferme à cause de ses prêches radicaux

Publié le 12/12/2017 à 14:44 - Mise à jour à 14:49
© BENJAMIN CREMEL / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La préfecture de police des Bouches-du-Rhône a décidé lundi la fermeture provisoire, pour six mois, d'une mosquée salafiste de Marseille. L'imam El Hadi Doudi y aurait tenu des prêches radicaux, appelant notamment à "la destruction des mécréants".

La préfecture de police de Marseille a annoncé lundi 11, dans un communiqué faisant suite à la publication d'un arrêté préfectoral, avoir décidé la fermeture provisoire d'une mosquée salafiste, après avoir appris que l'imam y tenait des prêches radicaux.

La mosquée en question est la mosquée As Sounna, située sur le boulevard National, dans le centre ville de Marseille. El Hadi Doudi, l'imam qui, selon le communiqué, "s'inscrit dans la mouvance islamiste radicale" et est même devenu "une référence du salafisme", a reconnu lors d'un interrogatoire qui s'est déroulé début décembre "avoir produit des écrits qui ont pu inciter à la haine".

Mais selon les enquêteurs, il avait imprimé bien plus profondément sa doctrine violente, qualifiant notamment les Juifs comme "impurs" et de "frères des singes et des porcs", et prônant aussi la "mise à mort des auteurs d'adultère et des apostats".

Lire aussi: prières de rue - des problèmes rares, pas forcément liés à un manque de mosquées

El Hadi Doudi tenait aussi des discours où il appelait à "détruire les mécréants" et incitait ses fidèles à crier "Allah Akbar dans les lieux publics pour (les) effrayer".

A noter que certains des prêches radicaux de cet imam avaient été publiés sur Internet et aussi que les enquêteurs avaient repéré, parmi les fidèles de cette mosquée qui ont réussi à rejoindre la Syrie ou l'Irak, plusieurs individus se réclamant d'al-Qaïda ces dernières années.

L'arrêté stipule également que l'imam en question aurait, entre autres, fait usage de diverses pressions "pour collecter d'importantes sommes d'argent" afin de, notamment, financer différentes acquisitions immobilières de la mosquée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mosquée As Sounna, située sur le boulevard National à Marseille, considérée comme salafiste, a fermé ses portes pour au moins six mois suite à un arrêté préfectoral.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-