Marseille: selon un rapport d'experts, la petite Marwa sera "incapable de faire des gestes de la vie courante"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Marseille: selon un rapport d'experts, la petite Marwa sera "incapable de faire des gestes de la vie courante"

Publié le 05/01/2017 à 15:44 - Mise à jour à 15:45
©Swoan Parker/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

D'après trois experts, l'évolution de la maladie de Marwa, une enfant d'un an hospitalisée à Marseille dont les parents refusent l'arrêt des soins, "va conduire à un handicap majeur". Pour eux, elle sera "incapable de faire des gestes de la vie courante et de pouvoir se déplacer, même en fauteuil électrique".

L'évolution de la maladie de Marwa, une enfant d'un an hospitalisée à Marseille dont les parents refusent l'arrêt des soins, "va conduire à un handicap majeur", ont estimé trois experts, tout en refusant de "trancher" le "dilemme éthique" sur la question de la poursuite du traitement. Marwa "est consciente mais atteinte d'un déficit moteur majeur" et "irréversible", écrivent ces médecins dans leur rapport demandé par le tribunal administratif de Marseille et dont l'AFP a eu connaissance jeudi. Ils confirment aussi "une atteinte neurologique sévère et définitive".

Partageant le "pronostic clinique extrêmement négatif" des médecins de l'hôpital de la Timone, ils estiment que Marwa sera "incapable de faire des gestes de la vie courante et de pouvoir se déplacer, même en fauteuil électrique", restera "dépendante d'une suppléance respiratoire", d'une alimentation artificielle et "d'un nursing intensif". Selon eux "l'évolution va conduire à un handicap majeur chez une enfant grabataire".

Les experts ont par ailleurs rencontré les parents de Marwa, qui "disent accepter tous les deux le handicap de leur enfant en pleine connaissance de cause et accepter qu'elle puisse mourir de façon naturelle et par suite à l'arrêt des traitements de suppléance". Mercredi, le père de Marwa a mis en ligne sur Facebook une vidéo de sa fille la montrant bougeant légèrement et clignant d'un oeil. "Ma petite fille va mieux, elle reprend des forces", écrit-il. Mais pour les experts, il s'agit là de "mouvements réflexes, non volontaires" et l'examen médical "confirme l'absence d'amélioration réelle de la situation de Marwa".

Selon eux, "la volonté des parents de maintenir Marwa en vie à tout prix" et leur opposition à un arrêt de l'assistance respiratoire "introduit un débat éthique" avec "l'idée que l'équipe soignante se fait de l'intérêt de l'enfant". Or "les experts pensent ne pas devoir trancher ce dilemme éthique", écrivent-ils, précisant que dans ce type de situation les médecins "ne procèdent pas" à un arrêt de soin "contre l'avis des parents".

Mais dans le cas où les traitements seraient poursuivis, les experts mettent en garde sur "l'importance et la difficulté d'évaluer au mieux la douleur et l'inconfort de Marwa" qui devra être suivie "sans réaugmenter le niveau de soins". "Le rapport des experts démontre qu’il n’y avait pas d’urgence à débrancher la petite Marwa et arrêter les soins, comme le souhaitait le collège des médecins de l’Hôpital de La Timone", a réagi auprès de l'AFP l'avocate de la famille, Me Samia Maktouf. "La décision ne peut revenir qu’aux parents, cependant que cette question pose un débat éthique de fond", a-t-elle ajouté.

Marwa avait été admise à l'hôpital de la Timone le 25 septembre pour un virus foudroyant. Le 4 novembre, les médecins de l'hôpital de la Timone avaient, selon les parents de l'enfant, décidé d'arrêter le traitement thérapeutique et de débrancher l'appareil respiratoire maintenant l'enfant en vie. Les parents s'y étaient opposés et avaient saisi la justice.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




D'après un rapport des médecins, elle "est consciente mais atteinte d'un déficit moteur majeur" et "irréversible".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-