Marseille: un bébé reçoit six fois trop de Dépakine, les parents portent plainte contre l'hôpital

Marseille: un bébé reçoit six fois trop de Dépakine, les parents portent plainte contre l'hôpital

Publié le 31/10/2017 à 07:54 - Mise à jour à 07:58
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un enfant de 20 mois traité pour une tumeur au cerveau à l'hôpital de la Timone à Marseille s'est vu prescrire plus de six fois la dose normale de Dépakine, a priori à cause d'une erreur de calcul d'un médecin. Il a été sauvé de justesse et pourrait subir des séquelles. Les parents ont porté plainte.

Ce qui apparaît comme une confusion aurait pu avoir des conséquences dramatiques et coûter la vie au petit Nilo, 20 mois, soigné en raison d'une tumeur cérébrale. Ses parents lui avaient administré, conformément aux prescriptions d'un médecin interne à l'hôpital de la Timone à Marseille, des bêtabloquants et de la Dépakine. Ces produits sont censés renforcer l'efficacité de sa chimiothérapie, du moins lorsqu'ils sont bien dosés.

Car les parents se sont rapidement inquiétés de l'effet des médicaments. Après chaque prise, leur enfant s'endormait rapidement, trop rapidement. "On a appelé l'hôpital pour voir s'il n'y avait pas d'erreur mais l'interne nous a pris de haut et nous a presque envoyé balader en nous disant que c'était le bon dosage", relate son père à France Bleu qui révèle l'affaire.

Vendredi 27, l'enfant s'est retrouvé dans un état comateux et ses parents l'ontdonc amené en urgence à la Timone. Un lavage d'estomac a permis de lui sauver la vie. Les premières vérifications indiquent que l'interne en question aurait commis une erreur de calcul entre milligrammes et millilitres de Dépakine à administre au bébé. Résultat: Nilo a reçu 6,5 fois la dose normale. Un "traitement" qui pourrait avoir des conséquences notamment sur son foie et ses reins.

Une erreur qu'ont d'autant moins acceptée les parents que leur enfant avait déjà contracté un staphylocoque doré lors d'une intervention chirurgicale. Ils dénoncent notamment l'état dans lequel se trouvent certains services: "Les personnels n'ont pas assez de temps pour bien s'occuper de tout le monde, les pansements sont parfois faits n'importe comment. On a même vu des cafards à l'hôpital". Ils ont déposé plainte et envisagent désormais de faire soigner leur enfant à Paris.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enfant s'endormait anormalement vite après la prise de ses médicaments (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-