Martyre de l'A10: qui est la petite Inass, 4 ans, tuée en 1987

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Martyre de l'A10: qui est la petite Inass, 4 ans, tuée en 1987

Publié le 14/06/2018 à 11:31 - Mise à jour à 11:37
© ALAIN JOCARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La petite martyre de l'A10, retrouvée morte dans un fossé sur l'autoroute A10 en 1987, aurait été identifiée plus de 30 ans après les faits. Elle s'appellait Inass, et avait 4 ans. Ses parents ont été retrouvés et placés en garde à vue mardi.

Plus de trente ans après les faits, le mystère de la petite fille surnommée "la martyre de l'A10" est en passe d'être résolu.

Selon Le Parisien, l'enfant aurait été identifiée, alors qu'elle est enterrée depuis toutes ces années dans une sépulture anonyme. Elle s'appelait Inass, était d'origine marocaine et avait 4 ans quand elle est morte.

De récents recoupements génétiques ont été effectués et auraient ainsi permis de retrouver ses parents. Ils sont désormais sexagénaires et ont été placés en garde à vue mardi 12 pour meurtre, recel de cadavre, violences habituelles sur mineur de moins de 15 ans.

Les faits remontent au mois d'août 1987. Le corps d'une fillette, âgée "entre 3 et 5 ans" selon les estimations du médecin légiste à l'époque, est retrouvé dans un fossé sur l'autoroute A10 au niveau de Suèvres dans le Loir-et-Cher.

Lire aussi: Petite martyre de l'A10 - une énigme criminelle vieille de 30 ans en passe d'être résolue

Elle porte de nombreuses traces de tortures: des brûlures, d'anciennes fractures non-consolidées, des morsures (son mamelon gauche avait été arraché avec les dents)… Des sévices qu'elle aurait subis pendant plusieurs années.

Selon l'autopsie, la fillette n'est morte d'aucun coup en particulier mais "exsangue" (d'une grande perte de sang) à cause, justement, de la maltraitance qu'elle subissait au quotidien.

De l'ADN avait été relevé sur son corps à l'époque et inscrit dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). Et c'est grâce à ce fichier que les parents d'Inass ont été retrouvés. Car son frère a été arrêté dans une affaire de violences et son ADN a été comparé au Fnaeg.

Toujours selon Le Parisien, le père d'Inass a reconnu les faits durant sa garde à vue. Pas la mère. Cette dernière aurait justifié l'absence de sa fille toutes ces années en expliquant qu'elle se trouvait au Maroc.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La fillette connue comme "la martyre de l'A10", retrouvée morte dans un fossé de l'autoroute A10 en août 1987, aurait été identifiée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-