Menacé d’expulsion, Moussa, homosexuel guinéen, est en garde à vue

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Menacé d’expulsion, Moussa, homosexuel guinéen, est en garde à vue

Publié le 03/05/2018 à 15:49 - Mise à jour à 15:56
©Twitter/Aides
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Depuis plusieurs semaines, des associations tentent d’éviter l’expulsion d’un jeune Guinéen homosexuel vers son pays où il risque sa vie. Ce jeudi, il a été placé en garde à vue à Lyon après une expulsion avortée.

Pour ses soutiens, son expulsion du territoire français équivaut à une condamnation à mort. Moussa, un jeune Guinéen arrivé en France en 2015, risque d'être renvoyé dans son pays dans les prochains jours. Il l'avait quitté avec un visa de travail après avoir vu son ancien compagnon brûlé sous ses yeux.

Cet ancien acrobate de 28 ans, demandeur d'asile, risque d'être expulsé vers Conakry, la capitale guinéenne, où il pourrait être emprisonné -le nouveau code pénal guinéen punit de trois ans prison les "impudiques et contre-nature"-, ou tué. "Renvoyer des gays, bi, lesbiennes ou trans dans des pays qui criminalisent l’homosexualité et les persécutent, des pays dans lesquels les agressions homophobes sont encouragées par l’État ou les autorités religieuses, est une politique migratoire indigne et criminelle", a fait savoir l'association Aides dont Moussa fait partie.

Il se trouvait dans un Centre de rétention administratif (CRA) à Nîmes depuis son interpellation en mars. Il a été emmené vers Lyon pour être embarqué dans un avion à destination de la Guinée ce jeudi 3 mai au matin. Face à sa résistance et à la fronde des passagers outrés, il a finalement été placé en garde à vue dans la capitale des Gaules. 

Voir - Un étudiant marocain renvoyé à Casablanca à deux semaines des partiels

"Nous avons maintenant activé nos réseaux sur Lyon et Marseille, et nous lui cherchons un avocat", a déclaré à Midi Libre Yves Carel de Réseau éducation sans frontières (RESF) qui soutient également Moussa. Et d'ajouter: "Nous nous retrouvons ce jeudi à 17 h devant la préfecture pour s'opposer à cette décision".

Des manifestations de soutiens à Moussa sont prévues ce jeudi notamment à Paris, à Nantes et à Nîmes.

Le cas de Moussa fait par ailleurs un écho à la loi asile-immigration, votée au mois d'avril à l'Assemblée nationale mais pas encore définitivement validée. Au cours des débats sur le texte, une disposition a en effet été modifiée: celle de l'expulsion vers un "pays tiers sûr": une liste dont ont été retirés les pays où l'homosexualité est condamnée, afin justement d'éviter de renvoyer les déboutés du droit d'asile dans un pays dangereux pour leur vie et leur intégrité.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Moussa risque l'expulsion vers la Guinée, où sa sécurité n'est pas garantie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-