Meurthe-et-Moselle: il écope d'une amende de 450 euros pour avoir payé... trop vite

Meurthe-et-Moselle: il écope d'une amende de 450 euros pour avoir payé... trop vite

Publié le 27/09/2017 à 16:42 - Mise à jour à 17:09
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Flashé par un radar alors qu'il roulait au guidon d'une des motos de sa société, un chef d'entreprise a écopé d'une amende de 450 euros pour avoir payé son procès-verbal trop vite. Il n'avait pas vu qu'en cas d'excès de vitesse avec un véhicule d'entreprise, il devait impérativement dénoncer le salarié fautif avant de s'acquitter du paiement. Même s'il s'agissait de lui-même.

L'amende est salée. Un chef d'entreprise prénommé Bruno Cibin ne s'attendait probablement pas à payer aussi cher son infraction. Le 24 août dernier, alors qu'il était au guidon d'une des motos de sa société, cet homme a fait un excès de vitesse alors qu'il roulait sur l'A31 près de Nancy en Meurthe-et-Moselle. Conscient d'avoir dépassé les limites de vitesse, il a alors décidé de payer aussitôt le procès-verbal sur Internet afin que l'affaire soit rapidement classée.

Seulement voilà: il n'aurait jamais dû payer aussi vite son amende de 45 euros. En effet, selon les précisions de L'Est Républicain, il a rapidement remarqué qu'il avait commis une erreur. Il a constaté sur l'une des feuilles du procès verbal qu'en cas d'excès de vitesse avec un véhicule de société, il devait impérativement dénoncer le salarié fautif (lui-même) avant de s'acquitter du paiement.

Rapidement, le chef d'entreprise, qui s'est vu retirer un point sur son permis de conduire, a donc appelé l’organisme qui gère l’ensemble des radars automatiques de France afin de lui faire part de sa situation. C'est à ce moment qu'il a déchanté. Au téléphone, son interlocuteur lui a expliqué qu'il était impossible d'annuler son paiement et qu'il allait donc recevoir, dans les prochains jours, une nouvelle amende. Une "prune" cette fois-ci de 450 euros pour n'avoir pas respecté la nouvelle procédure, entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Son geste a ainsi été considéré comme une infraction, celle de non-dénonciation de l’auteur d’un excès de vitesse.

"Et dire que cela me paraissait normal de dénoncer les conducteurs d’un véhicule de société. Il n’y avait pas de raison qu’ils échappent au code de la route. J’étais favorable à la nouvelle réglementation. Mais là, j’ai l’impression d’être le cocu de l’histoire", a-t-il notamment déclaré au quotidien. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au lieu d'une amende à 45 euros, un chef d'entreprise a payé 10 fois plus.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-