Meurthe-et-Moselle: leur petit garçon poignardé à mort par un déséquilibré, ils assignent l'Etat en justice

Meurthe-et-Moselle: leur petit garçon poignardé à mort par un déséquilibré, ils assignent l'Etat en justice

Publié le 24/09/2016 à 12:44 - Mise à jour à 12:49
©Jean-Christophe Verhaegen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

En 2015, le petit Luca, 7 ans, est poignardé à coups de couteau de boucher, sans aucune raison apparente, par un homme qui s’avérera passablement déséquilibré. Les parents ont décidé d'attaquer l'Etat pour ne rien avoir fait pour prévenir de tels actes, l'individu étant déjà bien connu de la justice.

Ce sont des parents en colère qui demandent aujourd’hui justice face à un Etat dont ils veulent souligner les carences dans la prévention des crimes. Le père et la mère de Luca, assassiné en pleine rue en octobre 2015, ont décidé d’assigner l’Etat en justice estimant que le meurtrier de leur enfant aurait du faire l’objet d’un suivi, après une première condamnation en 2013.

Le 15 octobre 2015, dans la commune de Joeuf en Meurthe-et-Moselle, le jeune Luca, seulement 7 ans, est poignardé en pleine rue, à coups de couteau de boucher, sans mobile apparent, par un individu qui prend la fuite. Le jour même, un homme d’une trentaine d’années se rendra à la police en avouant les faits. Transporté à l’hôpital, le petit garçon mourra de ses blessures quatre jours plus tard.

L’acte est inexplicable, et le meurtrier présumé présente des signes de folie pouvant être à l'origine de son passage à l'acte sur le petit garçon. Un collège d’expert débat toujours de son cas, pour voir si un trouble mental a été suffisamment important pour altérer son discernement, ce qui lui éviterait les Assises (où il risque la perpétuité) pour l’hôpital psychiatrique.

Mais ce n’est pas sur ce débat que se positionnent les parents: ils dénonces l’absence totale de mesures prise contre l’homme en 2013, à l’issue d’un procès où il avait été condamné dans une affaire de violences à 4 mois de prison avec sursis à Carpentras. Les parents demandent à l’État de "reconnaître qu’il y a eu faute", dans le fait de ne pas avoir mis en place, à l’époque, un suivi de l’agresseur visiblement perturbé. Ce dernier est actuellement écroué à Nancy, dans l’attente des conclusions des experts.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un hommage rendu sur le trottoir où Luca a été poignardé à mort le 15 octobre 2015.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-