Meurtre de Romain Barré: les agresseurs présumés assurent l'avoir jeté vivant dans la Loire

Meurtre de Romain Barré: les agresseurs présumés assurent l'avoir jeté vivant dans la Loire

Publié le 28/10/2016 à 11:48 - Mise à jour à 12:06
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La chambre de l’instruction de Rennes examinait jeudi la demande de remise en liberté de la petite-amie de 18 ans de l'un des suspects du meurtre de Romain Barré à Nantes. Ses agresseurs présumés ont expliqué l'avoir jeté vivant dans la Loire.

Les deux jeunes hommes de 16 ans et 19 ans mis en examen puis écroués dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Romain Barré, à Nantes (Loire-Atlantique), ont déclaré pendant leur garde à vue avoir jeté vivant l’agent immobilier de 31 ans dans La Loire. L'information a été dévoilée jeudi 27 lors d'une audience publique la chambre de l’instruction de Rennes qui examinait la demande de remise en liberté de la petite-amie de 18 ans de l'un des suspects.

Pour mémoire, les deux principaux suspects ont reconnu avoir étranglé Romain Barré la nuit de sa disparition, le 28 septembre, avant de transporter son corps dans le coffre de sa voiture et de le jeter dans la Loire. Le corps du trentenaire a été retrouvé vingt-et-un jours plus tard, le 19 octobre, dans un bras du fleuve. 

Les magistrats ont détaillé les faits qui ont amené à la mort de Romain Barré: "il a commencé à l’étrangler en se positionnant sur le siège arrière, tandis que l’autre lui assénait des coups de poing pour que la victime arrête de se débattre. L’un est allé chercher des fils avec des cosses dans le coffre, l’a placé autour du cou et a tiré jusqu’à ce qu’il ne se débatte plus".

Alors, les jeunes gens ont mis leur victime dans le coffre, et ont pris la direction des quais. Quand ils l'ont jeté dans la Loire, Romain Barré respirait encore bruyamment, ont expliqué les magistrats.

A ce stade de l'enquête, il est encore impossible d'accréditer cette thèse, des expertises sont en cours afin de vérifier la version des agresseurs.

Concernant la petite-amie de l'un des meurtriers présumés, elle a déclaré qu’elle n’était pas avec les deux eux dans la Peugeot 607 de Romain Barré, mais qu’elle se trouvait dans une Clio qui les suivait. L'avocat général a estimé qu'elle n'avait pas pu ne pas voir les deux hommes jeter le corps de leur victime dans le fleuve. Et d'ajouter: "elle a utilisé sans vergogne la carte bancaire de la victime alors que les médias se faisaient déjà l’écho de la disparition de Romain Barré". La chambre de l'instruction rendra sa décision concernant la demande de remise en liberté ce vendredi.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La chambre de l’instruction de Rennes examinait la demande de remise en liberté de la petite-amie de 18 ans de l'un des suspects dans le meurtre de Romain Barré à Nantes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-