Meurtre de Sarah Halimi: Kobili Traoré devrait échapper au procès, selon les experts psychiatres

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 11 juillet 2018
Mis à jour le 19 mars 2019
Image
La justice a été saisie par la ville de Toulouse après la naissance d'un petit garçon prénommé ainsi
Crédits
© Franck Fife / AFP/Archives
Un rapport d'experts et venu contredire le premier sur la responsabilité pénale de Kobili Traoré dans le meurtre de Sarah Halimi.
© Franck Fife / AFP/Archives

Le procès de Kobili Traoré pour le meurtre de Sarah Halimi pourrait ne pas avoir lieu. Une nouvelle expertise psychiatrique est venue contredire la première en concluant que l'homme est pénalement irresponsable de ses actes.

C'est une expertise qui risque de résonner comme un coup de tonnerre pour les parties civiles dans l'affaire du meurtre de Sarah Halimi. Alors que la qualification antisémite tardive du crime avait déjà fait polémique, plusieurs experts psychiatres ont conclu que le meurtrier présumé, Kobili Traoré, ne devrait pas être jugé devant une coure d'assise.

Selon les informations de Franceinfo, confirmées par l'avocat de la partie civile Francis Szpiner, une nouvelle expertise psychiatrique demandée par les juges d'instruction a conclu à "l'abolition" du discernement du suspect. Ce qui signifie que Kobili Traoré n'était pas conscient de ses actes et serait donc pénalement irresponsable.

En d'autres termes, il ne pourrait être jugé par une cour d'assises ni condamné pour meurtre. S'il pourrait cependant passer de longues années en centre psychiatrique, cette option est souvent dénoncée par les familles des victimes, privées des explications que peuvent apporter un procès et confrontées à l'idée que personne n'est "responsable" de la mort de leurs proches.

Lire aussi: Mireille Knoll - après Sarah Halimi, la communauté juive de nouveau prise pour cible dans le 11e arrondissement

Toutefois, cette expertise psychiatrique n'est pas définitive. D'ailleurs, un premier rapport avait conclu à une simple "altération" du discernement du suspect en raison notamment de sa consommation important de cannabis. Une nouvelle expertise a donc été ordonnée.

Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, dans un immeuble HLM du quartier populaire de Belleville, Kobili Traoré, 27 ans, s'était introduit dans l'appartement de sa voisine, Lucie Attal, aussi appelée Sarah Halimi. Aux cris d'"Allah Akbar", entrecoupés d'insultes et de versets du Coran, ce jeune musulman l'avait rouée de coups sur le balcon, avant de la défenestrer. "J'ai tué le sheitan" (le démon, en arabe), avait-il hurlé. Le meurtre de cette ancienne directrice de crèche confessionnelle, juive orthodoxe âgée de 65 ans, a suscité une très vive émotion, dans la communauté juive et au-delà.

Après plusieurs mois de bras de fer, le caractère antisémite dans le meurtre de Sarah Halimi à Paris en avril 2017 a été retenu mardi par la juge d'instruction, ce qui ne signifie cependant pas qu'il sera avéré au terme d'un procès, dont la tenue même est donc désormais incertaine.  

À LIRE AUSSI

Image
Le meurtre de Sarah Halimi avait-il un mobile antisémite? La juge d'instruction refusant de se prononcer après neuf mois d'enquête, le parquet et les parties civiles ont saisi la cour d'appel pour tra
Meurtre de Sarah Halimi: bras de fer judiciaire sur le mobile antisémite
Le meurtre de Sarah Halimi, qui a suscité une vive émotion dans la communauté juive et au-delà, avait-il un mobile antisémite? La juge d'instruction refusant de se pro...
Publié le 31 janvier 2018
Image
Le meurtre de Sarah Halimi a soulevé une vive émotion dans la communauté juive
Meurtre de Sarah Halimi: le suspect accessible à une sanction pénale
Le suspect du meurtre d'une femme juive en avril à Paris, Sarah Halimi, dont la mort par défenestration avait suscité une vive émotion, est accessible à une sanction p...
Publié le 13 septembre 2017
Société