Meurtre de Mohamed Abdelhadi: des aveux mais pas de poursuites à cause d’une erreur de la justice

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Meurtre de Mohamed Abdelhadi: des aveux mais pas de poursuites à cause d’une erreur de la justice

Publié le 01/07/2018 à 10:41 - Mise à jour à 10:53
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La famille de Mohamed Abdelhadi, tué en 2001 à Villefranche-sur-Saône (Rhône), a organisé samedi une marche blanche pour dénoncer le déni de justice dont elle est victime. Les suspects ont avoué mais le crime est considéré comme prescrit à cause d’un dossier perdu.

Une marche blanche a eu lieu samedi 30 en mémoire de Mohamed Abdelhadi, tué en 2001 à Villefranche-sur-Saône (Rhône), mais aussi pour dénoncer l’échec de la justice.

Son meurtrier présumé a en effet avoué les faits, mais en raison d’une perte du dossier à laquelle s’ajoute les délais de prescription, il ne peut pas être jugé.

En effet, faute de corps, ce n’est qu’en 2008 que la famille a déposé une plainte pour disparition inquiétante. Aujourd’hui elle reproche aux policiers de ne pas lui avoir expliqué la marche à suivre.

Voir: Lyon - il avoue le meurtre mais est libéré à cause d'un dossier perdu

Mais bien pire, le dossier physique de cette plainte a été égaré, et la version numérique ne suffit pas. Alors que le délai de prescription aurait donc du courir à partir du dépôt de la plainte, il a donc pour la justice commencé au moment du meurtre. Or, en 2001, le délai de prescription était de 10 ans pour les meurtres. L’affaire est donc prescrite depuis 2011, a jugé la Cour d'appel de Lyon en mars dernier.

Le corps a été découvert en 2016, enterré après avoir été caché plusieurs années dans une cave. Le meurtrier présumé et ses deux fils ont reconnu leur implication mais ne peuvent être jugés.

"Le système judiciaire n’a pas accordé de place à notre souffrance", a déclaré la sœur de la victime au Parisien, à l’occasion de la marche blanche retraçant le parcours qu’aurait dû effectuer Mohamed Abdelhadi s’il n’avait pas été tué. La famille ne désespére pas: "Notre avocat Me David Metaxas a déposé un pourvoi en cassation. Si celui-ci fonctionne, de nouveaux juges se pencheront sur notre affaire. Mais il y a une autre chose que la justice peut faire, elle: relancer des recherches pour retrouver la plainte pour «disparition inquiétante» déposée par mes parents en 2008. Ce dossier se trouve bien quelque part!", dénonce la sœur de la victime.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le meurtre de Mohamed Abdelhadi ne peut être jugé car un dossier a été égaré.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-