Meuse: ses locataires ne paient plus le loyer, il enlève la porte

Meuse: ses locataires ne paient plus le loyer, il enlève la porte

Publié le 01/08/2019 à 20:04 - Mise à jour à 20:05
© GERARD JULIEN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le maire de la petite commune de Robert-Espagne (Meuse) a choisi une solution radicale pour forcer ses locataires à payer les mois de loyer en retard: il a retiré la porte. Il a juré qu'il ne la remettrait pas tant qu'aucune solution n'aura été trouvée.

Luc Fleurant, maire de Robert-Espagne dans la Meuse, a pris une décision radicale pour contraindre ses locataires -un couple de retraités- à payer les mois de loyer en retard: il leur a enlevé la porte d'entrée.

Cela fait désormais deux semaines que les sexagénaires vivent sans porte, dorment mal et calfeutrent comme ils peuvent l'entrée pour éviter tout type d'intrusion la nuit, comme ils l'ont raconté dans L'Est républicain ce jeudi 1er août.

Edith et Hubert vivent dans cette maison à 450 euros par mois depuis avril 2017. Ils doivent 1.617 euros à monsieur Fleurant car ils n'ont pas payé le loyer, ou pas entièrement, depuis le mois d'avril de cette année.

Ils ont expliqué au journal régional que l'absence de quittances de loyer leur avait fait perdre les APL, et qu'ils étaient donc en manque de ressources.

Lire aussi: Les locataires refusent de payer, le propriétaire enlève les portes et les fenêtres

Luc Fleurant a répondu à ce sujet: "Je ne vais pas fournir des quittances pour des loyers qu’ils n’ont pas totalement payés, je n’ai jamais fait de fausse attestation".

De leur côté, les locataires ont dénoncé l'insalubrité du logement et ont aussi déposé plainte à la gendarmerie de Revigny-sur-Ornain. Ce qui n'a pas eu pour effet de faire remettre la porte. Leur propriétaire attend lui une solution de la part de la préfecture: "Je ne remettrai pas la porte, je ne calerai pas".

Voir aussi:

Var: elle vit sous les ponts car ses locataires ne paient pas le loyer

Paris: arrêté pour avoir espionné ses locataires Airbnb sous la douche

Compiègne: les locataires contraints d'abandonner le quartier aux dealers

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un maire de la Meuse a enlevé la porte de ses locataires, des sexagénaires, qui ont des mois de loyer en retard. (Illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-