Michel Sardou assure être contre la peine de mort mais prêt à tuer (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Michel Sardou assure être contre la peine de mort mais prêt à tuer (vidéo)

Publié le 08/09/2017 à 17:04 - Mise à jour à 17:14
©Capture d'écran
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le chanteur Michel Sardou était jeudi soir sur le plateau de "Quotidien" sur TMC. Yann Barthès lui a parlé de peine de mort. Et s'il a assuré être contre, il a aussi dit qu'il était prêt à tuer "si on touche à (son) môme".

C'est une polémique au cœur de laquelle il se trouve depuis 1975. Michel Sardou avait cette année-là sorti la chanson Je suis pour qui évoquait la peine de mort. Il avait même participé à des manifestations en faveur de la peine capitale, alors que les débats sur son abolition faisaient rage.

Et c'est sous la présidence de François Mitterrand, par la loi du 9 octobre 1981, que la peine de mort a finalement été abolie en France. En février 2007, le président de la République Jacques Chirac avait même fait inscrire dans la Constitution française que "nul ne peut être condamné à la peine de mort".

Depuis quelques temps, Michel Sardou, qui a annoncé mettre fin à sa carrière musicale après son dernier album (qui sort en octobre prochain), ne s'était plus exprimé sur le sujet. Mais le chanteur était de retour jeudi 7 au soir dans Quotidien sur TMC face à Yann Barthès, qui a remis la question sur le tapis. Son discours a quelque peu changé.

"Vous êtes contre la peine de mort?" a alors demandé le présentateur. "Oui parce que ce n'est pas dissuasif" a rétorqué Michel Sardou, ajoutant ensuite qu'en Amérique la peine de mort n'avait pas fait diminuer la criminalité.

"Et vous seriez capable de tuer quelqu'un?" a alors renchéri Yann Barthès. Réponse immédiate: "Si on tue mon môme, il n'y a même pas l'ombre d'un doute… Et puis je tire bien". Hésitant le chanteur de 70 ans a même laissé entendre qu'il avait une arme chez lui mais qu'il ne tirait plus. "J'ai un petit truc… Ce n'est pas un truc grave. J'ai un beretta 45 qui fait des trous comme ça mais c'est tout", avant d'avouer face aux yeux écarquillés de l'animateur: "Mais non je plaisante".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Depuis 1975 et sa chanson "je suis pour" sur la peine de mort, Michel Sardou revient régulièrement au premier plan avec cette polémique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-