Migrants et réfugiés: dans les Cévennes une tradition d'hospitalité et d'accueil

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Migrants et réfugiés: dans les Cévennes une tradition d'hospitalité et d'accueil

Publié le 08/11/2016 à 13:44 - Mise à jour à 13:45
©Ina Fassbender
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Alors que de nombreuses municipalités de France font part de leur refus d'accueillir des migrants et des réfugiés, les communes des Cévennes, forgées par une longue tradition d'hospitalité remontant au XVIe siècle, leur ouvrent leurs bras.

Dans les Cévennes, l'accueil de migrants perpétue une tradition d'hospitalité remontant au XVIe siècle, dans cette montagne-refuge qui protégea des protestants pendant les guerres de religion, des républicains espagnols, ou encore des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Le parcours de vie des migrants actuels entre en résonance avec l'histoire cévenole", souligne Philippe Castanon, maire (SE) de Monoblet (Gard), dont le père est venu des Asturies. "Ici dans la plupart des familles, il y a des réfugiés ou des migrants sur l'arbre généalogique, notamment des républicains espagnols ayant fui la guerre civile" (1936-39), explique l'élu dont la commune accueille depuis la semaine dernière une vingtaine de migrants mineurs de Calais, en majorité des Afghans.

"La tradition d'accueil est ancrée en terre cévenole, où des protestants ont trouvé refuge dans les reliefs pendant les guerres de religion et après la révocation de l'Edit de Nantes (en 1685), mais aussi plus tard des réfugiés espagnols de la Guerre civile ou encore des juifs français et étrangers et des militants antinazis pendant la Seconde Guerre mondiale", rappelle le pasteur Caroline Cousinié, de l'Eglise protestante unie, qui officie notamment dans la zone de Monoblet. "Nous sommes porteurs de cette histoire et devons la faire vivre".

Caroline Cousinié a ainsi mis à disposition le presbytère de Quissac (Gard), qu'elle n'occupait pas. "Un collectif hors églises s'est mobilisé et nous accueillons depuis quelques semaines une famille syrienne de cinq personnes originaires de Raqqa", se réjouit-elle. En septembre, l'Assemblée annuelle du désert, un culte protestant en plein air à Mialet (Gard), avait prêché l'accueil de migrants, en établissant un parallèle entre leur souffrance et celle des "réfugiés protestants de la révocation".

Dans de multiples points des Cévennes, des collectifs souvent laïcs se sont crées avec pour objectif l'accueil de migrants, notamment à Lasalle (Gard), où une famille afghane de sept personnes est accueillie. Ou encore à Saint-Jean-du-Gard, où l'association Abraham Mazel, du nom d'une figure des Camisards, protestants en révolte à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe, souhaitait depuis plusieurs mois "faire vivre l'esprit de résistance et d'accueil des Cévennes". Une famille tchétchène de six personnes y est arrivée depuis peu.

Des maires cévenols se sont également clairement prononcés en faveur de l'accueil de migrants, comme Eric Doulcier (SE) au Vigan (Gard), qui dès l'été 2015 a estimé qu'une telle politique était "digne" de l'histoire des Cévennes. Ou Michel Nouvel (DVG) qui mise sur la présence d'un Centre d'accueil de demandeurs d'asile (CADA) pour dynamiser son village de Chambon-le-Château (Lozère, environ 300 habitants), qui a accueilli en 2015, 160 personnes originaires d'Ukraine, du Kosovo, d'Algérie et du Soudan.

Même Michel Issert, maire (SE) de Saint-Bauzille-de-Putois (Hérault), a mis récemment en avant le fait que sa commune était une "terre d'accueil", même s'il jugeait "disproportionnée" l'arrivée prévue de 87 migrants de Calais - un nombre depuis revu à 43.

Car en Cévennes, souligne M. Castanon, "par indépendance d'esprit comme par souci d'un accueil de qualité, on préfère une hospitalité choisie et réfléchie à des dispositifs imposés par le gouvernement dans l'urgence". Caroline Cousinié parle également d'une volonté de mettre en place un accueil "accompagné et raisonné".

Pour cette raison, lorsque les autorités préfectorales lui ont annoncé la création d'un "Centre d'accueil et d'orientation" (CAO) sur sa commune de 700 habitants début 2016, le maire de Monoblet a plaidé pour l'accueil de familles: le lieu choisi, les Amariniers, est très isolé, situé à 6km du coeur du village, dans une zone téléphonique blanche.

"On a l'air un peu couillons", commente-t-il aujourd'hui, après l'arrivée de ces migrants --pour l'essentiel des mineurs jeunes et seuls. Mais ce maire, également directeur d'école et instituteur, s'inquiète surtout qu'ils soient hébergés dans un lieu aussi coupé du monde. "Qu'avons-nous à leur proposer ici?", s'interroge-t-il. "Pourquoi resteraient-ils? Pour manger des châtaignes grillées?".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Dans les Cévennes, l'accueil de migrants perpétue une tradition d'hospitalité remontant au XVIe siècle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-