Mont-de-Marsan: un détenu agresse sept surveillants de prison

Mont-de-Marsan: un détenu agresse sept surveillants de prison

Publié le 16/01/2018 à 08:52 - Mise à jour à 08:53
© MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Sept surveillants du pénitencier Pémégnan de Mont-de-Marsan dans les Landes ont été agressés lundi par un détenu, dans la salle de sport de la prison. Cinq ont été blessés et trois d'entre eux ont dû être hospitalisés.

L'insécurité et les conditions de travail des surveillants pénitentiaires sont plus que jamais au cœur de l'actualité. Lundi 15, sept surveillants -dont une femme- de la prison de Mont-de-Marsan dans les Landes ont été violemment agressés par un détenu incarcéré pour meurtre, selon une information de Franceinfo.

Cinq d'entre eux ont été blessés et trois ont dû être hospitalisés pour se faire soigner.

Les violences se sont déroulées dans la salle de sport du pénitencier Pémégnan, un endroit ultra-sécurisé, où les détenus passent à chaque fois par un portique de sécurité et sont fouillés en cas de problème.

Lire aussi: Vendin-le-Vieil - des surveillants "à bout" après "l'agression de trop"

C'est justement lorsque l'alarme du portique s'est déclenchée que la tension a commencé à monter. Le détenu en question a refusé la fouille et a commencé à frapper les surveillants.

Une femme a été atteinte au plexus. Parmi les autres blessures, il y a un nez cassé et aussi un doigt cassé. Une autre surveillante a également été très traumatisée par la scène. Le prisonnier a lui été transféré dans le quartier disciplinaire après l'agression. La CGT a expliqué qu'il pourrait s'agir d'un individu radicalisé. 

Ces incidents ont eu lieu alors que le mouvement national de blocage des prisons a été reconduit ce mardi 16, suite à l'agression de trois surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil (dans le Pas-de-Calais) par un détenu islamiste allemand, Christian Ganczarski.

Il a été transféré dans un autre pénitencier. Les syndicats sont hors d'eux. "Nous n'avons pas les moyens humains et matériels pour le prendre en charge. "Nous ne sommes pas formés à la gestion des détenus radicalisés. Les collègues sont donc très remontés", a déclaré Guillaume Pottier, secrétaire UFAP-UNSA Hauts-de-France. Un constat que plusieurs autres groupes syndicaux régionaux ont effectué, menant ainsi à un mouvement de protestation d'ampleur nationale.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Lundi, à Mont-de-Marsan dans les Landes, sept surveillants de prison ont été agressés par un détenu. Cinq ont été blessés dont trois ont nécessité une hospitalisation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-