Montpellier - Attentat déjoué: acétone, TATP… les personnes interpellées voulaient fabriquer des explosifs

Montpellier - Attentat déjoué: acétone, TATP… les personnes interpellées voulaient fabriquer des explosifs

Publié le 10/02/2017 à 13:25 - Mise à jour à 13:26
©Kenzo Tribouillard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Trois hommes et une femme, âgés de 16 à 33 ans, ont été arrêtés ce vendredi matin dans la région de Montpellier et sont soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat en France. Les enquêteurs ont retrouvé le nécessaire à fabriquer des explosifs lors de perquisitions.

Une semaine après l'attaque au Louvre, les services antiterroristes ont interpellé ce vendredi 10 dans la région de Montpellier quatre personnes, dont une adolescente de 16 ans, soupçonnées de vouloir commettre un attentat en France.

"Les enquêteurs pensent qu'un passage à l'acte était prévu, mais on ne sait pas où et comment", a précisé une source proche du dossier. "La volonté de passer à l'acte et de confectionner plusieurs engins explosifs semble matérialisée", a précisé une source policière, se félicitant d'un "projet d'attentat déjoué".

"Les quatre suspects, âgés de 16, 20, 26 et 33 ans, ont été arrêtés après qu'ils aient acheté de l'acétone", pouvant servir à la confection d'un engin explosif, a expliqué une source policière. Le coup de filet a été réalisé dans l'Hérault à Marseillan, Clapier et Montpellier.

Parmi eux, une jeune fille de 16 ans avait été repérée sur les réseaux sociaux, après avoir exprimé la volonté de partir en zone syro-irakienne ou sinon de frapper la France. "L'un de ses mentors était un des objectifs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)", a ajouté cette source policière.

Selon les premiers éléments dont disposent les enquêteurs, cet homme, âgé de 20 ans, projetait de "se faire exploser", a complété la source.

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont découvert du TATP -un explosif artisanal puissant mais très instable, prisé des djihadistes- ainsi que tout le nécessaire pour confectionner des engins explosifs: acétone, eau oxygénée, seringues et gants de protection, a précisé une source judiciaire.

Plusieurs dizaines de grammes de TAPT, "à divers stade de fabrication", ont été retrouvés, a précisé une source policière.

La France, placée sous le régime d'état d'urgence depuis les attentats djihadistes de 2015 et 2016, qui ont fait 238 morts, fait toujours face à une menace terroriste "très élevée". La France est particulièrement visée car elle fait partie des pays intervenant en Syrie contre Daech.

Vendredi 3, un Egyptien de 29 ans avait attaqué, une machette dans chaque main, des militaires au carrousel du Louvre à Paris, en criant "Allah Akbar". Il avait été grièvement blessé par les tirs de riposte des soldats. Toujours hospitalisé à Paris, son état de santé empêche tout acte judiciaire pour l'instant.

Réagissant à cette attaque au Louvre, François Hollande avait appelé la France à faire face à la menace terroriste. "Elle est là, elle demeure et nous devons y faire face" et "c'est la raison pour laquelle nous avons mobilisé autant de moyens et nous continuerons à le faire autant de temps qu'il sera nécessaire", avait rappelé le chef de l'Etat.

De nombreux attentats ou projets ont été déjoués depuis début 2015. Le 13 décembre dernier, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux avait fait état de "pas moins de 13 tentatives impliquant plus d'une trentaine d'individus", dont des femmes et des mineurs, depuis l'attentat de Nice du 14 juillet.

Fin novembre, quatre Français et un Marocain, soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat le 1er décembre en région parisienne et qui avaient fait allégeance à l'EI, ont été mis en examen et écroués.

Ces quatre hommes, interpellés à Strasbourg et à Marseille, étaient "en possession ou en quête d'armes et de financement", "s'apprêtaient à passer à l'acte" et "recherchaient des cibles", selon procureur de la République à Paris, François Molins.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-