Montpellier - Attentat déjoué: les trois suspects transférés de l'Hérault à Paris

Montpellier - Attentat déjoué: les trois suspects transférés de l'Hérault à Paris

Publié le 14/02/2017 à 10:25 - Mise à jour à 10:26
©Photo AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Deux hommes de 20 et 33 ans, et une jeune fille de 16, ont été déférés et présentés à la justice à Paris ce mardi, après avoir été arrêtés près de Montpellier vendredi soupçonnés de planifier un attentat.

Deux hommes et une adolescente, soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat "imminent" en France, ont été transférés ce mardi 14 au palais de justice à Paris en vue d'une mise en examen par des magistrats antiterroristes. Les trois suspects, deux hommes de 20 et 33 ans connus des services de renseignement et une jeune fille de 16 ans, ont été interpellés vendredi 10 dans l'Hérault.

Dans l'appartement où a été arrêté le jeune homme de 20 ans, à Clapiers, près de Montpellier, les enquêteurs ont découvert 71 grammes de TATP, un explosif artisanal puissant mais très instable, des notes manuscrites pour en fabriquer ainsi que les composants ou le matériel nécessaire: acétone, eau oxygénée, seringues et gants de protection.

Les suspects ont été identifiés en raison de leur activisme sur les réseaux sociaux, notamment sur la messagerie cryptée Telegram, prisée des djihadistes, et l'enquête s'est accélérée quand ils ont été repérés le 9 février en train de se procurer de l'acétone et de l'eau oxygénée.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux la veille, dans laquelle l'adolescente prêtait allégeance au groupe djihadiste État islamique (EI), a également incité les services antiterroristes à agir rapidement.

"Il y avait bien un acte terroriste imminent qui se préparait" et "sur lequel nous essayons de faire toute la lumière", a souligné lundi 13 le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux.

L'exploitation du matériel informatique et téléphonique saisi lors des perquisitions suggère des cibles potentielles, dont la Tour Eiffel. Toutefois, "aucun élément ne montre à ce stade une préparation sur une cible clairement définie", d'après une source proche de l'enquête.

Le jeune homme de 20 ans, originaire des Ardennes, avait été assigné à résidence chez son père de décembre 2015 à décembre 2016, une mesure administrative prise dans le cadre de l'état d'urgence post-attentats du 13 novembre 2015, en raison d'une tentative de départ avortée vers la zone irako-syrienne.

Il avait fait la connaissance de l'adolescente de 16 ans sur les réseaux sociaux, où les deux jeunes gens avaient exprimé leur intention de se marier religieusement.

Les enquêteurs soupçonnent le jeune homme d'avoir voulu commettre une action kamikaze en France tandis que sa compagne devait gagner la zone irako-syrienne juste avant l'attentat.

Le troisième suspect, un père de deux enfants prénommé Malik, âgé de 33 ans et connu des services pour radicalisation, est soupçonné de leur avoir apporté "un soutien", a indiqué la source proche de l'enquête sans plus de précision.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les enquêteurs avaient retrouvé du TATP, un explosif puissant, dans l'appartement où a été arrêté le jeune homme de 20 ans, à Clapiers, près de Montpellier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-