Morbihan: le bus scolaire tombe dans un fossé, le transporteur n'alerte pas les secours

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Morbihan: le bus scolaire tombe dans un fossé, le transporteur n'alerte pas les secours

Publié le 24/01/2018 à 10:55 - Mise à jour à 11:14
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un bus scolaire est tombé lundi dans un fossé sur une petite route de campagne du Morbihan, à Missiriac. Mais le transporteur a tenté de cacher l'incident aux autorités en ne les prévenant pas alors qu'une cinquantaine d'enfants se trouvaient à bord du car accidenté.

Le maire de Missiriac, dans le Morbihan, est "en colère". Un accident de car scolaire s'est produit sur la commune de Jean-Yves Laly. Le bus qui transportait 51 enfants est tombé dans un fossé. Pourtant, le transporteur n'a pas prévenu les autorités lundi 22 vers 7h30.

Le véhicule transportait des collégiens et écoliers comme chaque jour. Mais lundi, une des roues de l'engin a mordu l'accotement et fait glisser le car jusque dans le fossé d'une petite route de campagne.

A voir aussi: Accident de bus scolaire à Millas - les précédentes tragédies impliquant des autocars

Heureusement, le talus assez élevé à cet endroit a largement amorti le choc: toutes les personnes présentes dans le bus sont sorties indemnes de l'accident selon Ouest-France.

Mais au moment de prévenir pompiers et gendarmes, comme le voudrait la procédure, le transporteur a "paniqué" et pris la décision d'évacuer "discrètement" les 51 enfants par la fenêtre du conducteur sans prévenir les autorités.

Presque deux heures plus tard, un employé communal a averti le maire qu'un accident s'était produit au lieu-dit La Pagdolay. Il avait au préalable sécurisé la zone en installant des panneaux de signalisation. Pas plus d'une heure plus tard, l'élu s'est alors rendu sur place: "deux tracteurs tentaient de sortir le bus du fossé", a-t-il expliqué en précisant bien que personne ne lui avait parlé des enfants, déjà évacués et rentrés dans leurs écoles.

"C'est la gendarmerie qui m'a finalement appelé à midi. J'ai appris qu'il y avait des gamins à l'intérieur du bus. Ils ont été évacués par la fenêtre du chauffeur", a indiqué Jean-Yves Laly. Les parents des enfants ont eux aussi été prévenus tardivement. Certains ont expliqué n'avoir été avertis que "dans l'après-midi".

"Les directeurs d'écoles n’étaient pas informés. Pourquoi le transporteur n’a pas voulu appeler les secours? C’est incompréhensible, inadmissible", a expliqué une mère de famille dont le fils a été légèrement blessé lors de l'évacuation du bus et n'a reçu aucun soin.

A lire aussi: Drôme - une fillette entre la vie et la mort, 14 autres blessés, après l'accident d'un bus scolaire

L'incident ne devrait pas en rester là. La Région Bretagne et la Communauté Oust Brocéliande devraient rapidement convoquer le transporteur et prendre "les sanctions nécessaires".

"Sans doute pris de remords, ce transporteur a prévenu le jour même notre antenne vannetaise. Il a très mal géré la situation […] Il aurait dû appeler les secours pour qu'ils organisent, en toute sécurité, la sortie des élèves. Il aurait aussi, a priori, mal jugé l'état de santé des élèves qui ont donc rejoint leur établissement sans prise en charge particulière", a expliqué le conseil régional.

L'affaire aura donc une suite même si mardi 23 aucun parent d'élève n'avait encore porté plainte.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le transporteur n'a pas prévenu les autorités alors que l'un de ses bus scolaires a eu un accident.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-