Morbihan: polémique après l'euthanasie d'un âne qui avait mordu plusieurs personnes

Morbihan: polémique après l'euthanasie d'un âne qui avait mordu plusieurs personnes

Publié le 29/06/2017 à 12:05 - Mise à jour à 12:23
© MUJAHID SAFODIEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

A Théhillac, dans le Morbihan, un âne a été euthanasié mercredi pour avoir mordu trois personnes après s'être échappé de son enclos. Une décision justifiée par les autorités en raison de l'agressivité de l'animal, mais dénoncée par la Fondation Bardot qui s'étonne que la castration n'ait pas été envisagée.

Etait-il nécessaire de tuer l'animal. La polémique enfle à Théhillac autour de la décision prise d'euthanasier, mercredi, un âne qui avait eu un comportement agressif. Un geste notamment critiqué par la Fondation Bardot de protection des animaux.

L'affaire a débuté mardi 27 lorsqu'un âne s'est échappé de son enclos et a réussi à atteindre les rues de ce petit village du Morbihan. Plusieurs personnes sont intervenus pour l'attraper et le ramener dans sa pâture. Mais l'animal s'est montré agressif, il a même mordu à trois reprises. L'une de ses victimes a été grièvement blessée à la main.

Les services d'un vétérinaire ont dû être requis pour endormir l'âne et mettre fin à son escapade. Par la suite, la gendarmerie, les secours, la mairie et le propriétaire de l'animal ont conjointement décidé de l'euthanasier.

Une décision qui a provoqué l'ire de la Fondation Bardot qui la juge disproportionnée. L'abattage des animaux mordeurs est en effet encadrée notamment par les notions de danger grave et immédiat ou de risque sanitaire. Mais selon le vétérinaire en charge interrogé par Ouest-France, le propriétaire avait noté que l'âne "présentait depuis un moment, des signes d’agressivité. Il y avait donc un risque encouru", risque qui aurait été renforcé ces derniers temps par une période propice à la reproduction, s'agissant d'un mâle "entier".

La Fondation Bardot reproche donc aux autorité de ne pas avoir envisagé la castration de l'animal avant sa mise à mort. "On sait très bien qu’un âne castré est beaucoup plus calme et leur comportement change", a expliqué au quotidien local un membre de la fondation.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'âne se montrait agressif depuis un moment selon le vétérinaire (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-