Morlaix: au cours d'une "dispute spirituelle", il frappe sa femme avec une bible et lui jette du produit désinfectant au visage

Morlaix: au cours d'une "dispute spirituelle", il frappe sa femme avec une bible et lui jette du produit désinfectant au visage

Publié le 25/08/2017 à 06:48 - Mise à jour à 06:54
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme été condamné mardi à de la prison ferme par le tribunal de Brest pour notamment avoir frappé sa femme avec une bible et lui avoir jeté du produit désinfectant au visage. L'accusé se trouvait en état de récidive et sous l'emprise de stupéfiants.

Un homme, d'origine martiniquaise et en état de récidive, comparaissait mardi 22 à de la prison ferme par le tribunal de Brest pour des faits de violence sur sa compagne, cette dernière n'avait pas souhaité porter plainte. Le suspect est notamment accusé d'avoir frappé sa femme avec une Bible et lui avoir jeté du produit désinfectant au visage, au cours de ce que sa compagne décrit comme "une dispute spirituelle".

Les faits se sont déroulés le 20 août dernier au domicile cojugale, à Morlaix dans le Finistère. C'est la belle-fille de l'accusé qui a prévenu les forces de l'ordre alors que le ton montait sérieusement entre les deux conjoints. "L’homme, sous l’emprise de stupéfiants, avait frappé sa femme avec une bible, qu’il lui mettait dans la bouche. Sur le livre, une trace de sang sera retrouvée. Il a fini par lui jeter du produit désinfectant au visage, et a profèré des insultes", précise Ouest-France qui révèle les faits.

Aux policiers qui l'auditionnaient, elle avait affirmé vivre avec son mari "selon les préceptes de la loi de Dieu. Mon mari a autorité pour me remettre dans le droit chemin", rapporte le quotidien, justifiant ainsi sa volonté de ne pas déposer plainte. Un argument qui n'a pas fait autorité auprès de la loi des Hommes puisque la justice a condamné le prévenu à deux ans de prison ferme. Le parquet a en effet estimé qu'il faut la "protéger malgré elle", son époux ayant a déjà été condamné pour des faits similaires en mars 2016.

"Je cherche papa Jésus avec mon épouse", a déclaré l'auteur des coups quand la présidente l'a questionné sur les violences. Ce dernier a quitté le box des accusés en promettant qu'il allait attaquer le tribunal en justice. "Avec les sous du procès, j’irai à Bora-Bora", a-t-il professé. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme a déjà été condamné pour des faits similaires en mars 2016.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-