Mort de Maëlys: Nordahl Lelandais hospitalisé et "en pleine décompensation" après ses aveux

Mort de Maëlys: Nordahl Lelandais hospitalisé et "en pleine décompensation" après ses aveux

Publié le 18/02/2018 à 13:03 - Mise à jour à 13:04
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

En souffrance psychologique depuis qu'il a avoué le meurtre de la petite Maëlys, Nordahl Lelandais a été hospitalisé pour une durée indéterminée et à sa demande. Il serait "en pleine décompensation" et pourrait ne pas être en état pour son prochain rendez-vous avec les juges, prévu jeudi.

Deux jours après avoir avoué le meurtre de la petite Maëlys de Araujo, disparue dans la nuit du 26 au 27 août dernier lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère, Nordahl Lelandais, qui dit avoir tué la fillette par accident, a demandé à être hospitalisé et a été admis pour une durée indéterminée à l'hôpital du Vinatier à Bron (Rhône).

Cet établissement dispose d'une unité spéciale qui prend en charge les détenus en détresse, qui auraient des tendances dépressives et des envies suicidaires.

Me Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl Lelandais, a expliqué que son client était sujet à "des crises d'angoisse" et qu'il avait été hospitalisé "par précaution", selon Le Dauphiné Libéré.

Voir aussi: "Maëlys va te hanter" - la maman de la fillette s'adresse à Nordahl Lelandais sur Facebook

Selon une source syndicale pénitentiaire citée par Le Parisien, Nordahl Lelandais serait "en pleine décompensation" suite à ses aveux. Il aurait, avant de demander officiellement son hospitalisation, parlé pendant au moins deux heures avec des experts psychologues et un médecin psychiatre du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, duquel il a donc été extrait pour une durée indéterminée.

Il devait rencontrer jeudi prochain les trois juges d'instruction de Grenoble en Isère pour expliquer comment il avait tué Maëlys mais cet entretien est pour l'heure en suspens. Tout dépend de l'évolution de son état de santé.

Mais pour éclaircir les circonstances du drame, six mois après une attente insoutenable, les juges d'instruction pourraient aussi prendre la décision de se déplacer à l'hôpital de Bron pour l'entendre.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Après avoir avoué le meurtre de Maëlys mercredi, Nordahl Lelandais, sujet à des crises d'angoisse, a demandé à être hospitalisé vendredi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-