Mort de Naomi Musenga: Agnès Buzyn évoque la responsabilité des pompiers (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mort de Naomi Musenga: Agnès Buzyn évoque la responsabilité des pompiers (vidéo)

Publié le 18/05/2018 à 13:06 - Mise à jour à 13:15
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a déploré ce vendredi que l'opératrice des pompiers qui a reçu l'appel de Naomi Musenga ait dit à celle du Samu qu'il s'agissait d'une grippe. Des propos qui ont en réalité été tenus par sa collègue.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a mis en cause ce vendredi 18 sur Public Sénat le rôle des pompiers dans la mort de Naomi Musenga, décédée le 29 décembre dernier après qu'une opératrice du Samu de Strasbourg a ironisé sur la gravité de son cas, avant de la renvoyer vers SOS Médecins.

La jeune femme qui a succombé par la suite à une défaillance multiviscérale avait en effet appelé les pompiers. Mais s'agissant d'un problème purement médical, l'opératrice du "18" lui avait passé sa collègue du "15".

Interrogée sur l'opportunité d'un numéro unique d'urgence (regroupant police, pompiers et Samu), la ministre a évoqué "l'étape à risque" que constitue "le passage de l'information" actuellement, et le fait que les pompiers sont souvent appelés pour des questions qui concernent le Samu.

Lire aussi: Marches blanches pour Naomi Mussenga - les cortèges réclament "justice et vérité"

"C'est un peu ce qui s'est passé au Samu de Strasbourg", a-t-elle poursuivi. "Madame Naomi Musenga a d’abord appelé les pompiers. Les pompiers ont prévenu le Samu et en passant l’appel ont dit à l’opératrice du Samu: «C’est une grippe, elle pense qu’elle va mourir»".

Une phrase qui aurait donc donné dès le début à l'opératrice du Samu une fausse impression quant à la gravité de la situation. Selon Le Dauphiné libéré, Agnès Buzyn aurait demandé à Gérard Collomb l'ouverture d'une enquête sur le rôle des pompiers.

Voir: "Oui, vous allez mourir": elle téléphone au Samu de Strasbourg puis meurt d'une défaillance multiviscérale

Sauf que la ministre semble avoir mal compris les propos échangés entre les deux opératrices. C'est en effet celle du Samu qui a évoqué cette "grippe". Les pompiers du Bas-Rhin ont donc apporté un démenti sur ces déclarations.

Une confusion apparente de la ministre qui ne remet cependant pas nécessairement en cause l'opportunité d'une enquête. Car si l'opératrice des pompiers ne parle pas de grippe, son ton est assez désinvolte lorsqu'elle dit à sa collègue "elle a de la fièvre...et elle va mourir. Et ça s'entend qu'elle va mourir".

"Le service a procédé à un contrôle en interne: la procédure en vigueur a bien été respectée", a fait savoir début mai le Service départemental d'incendie et de secours du Bas-Rhin (SDIS 67), assurant qu'il "demeure évidement à la disposition des enquêteurs".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Agnès Buzyn semble avoir confondu une déclaration de l'opératrice du Samu et de celle des pompiers.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-