Mort de Naomi Musenga: l'opératrice du Samu refuse de "porter le chapeau"

Mort de Naomi Musenga: l'opératrice du Samu refuse de "porter le chapeau"

Publié le 14/05/2018 à 10:55 - Mise à jour à 11:00
© PIERRE ANDRIEU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'opératrice du Samu qui a reçu l'appel de Naomi Musenga avant sa mort en décembre dernier s'est exprimée pour la première fois dimanche. Elle a dénoncé la pression permanente à laquelle elle devait faire face dans son métier et a dit refuser "de porter le chapeau pour le système".

Visée par une enquête pour non-assistance à personne en péril depuis vendredi 11, l'opératrice du Samu qui a reçu l'appel à l'aide de Naomi Musenga en décembre dernier a témoigné pour la première fois dimanche 13.

Cette femme qui travaille pour le 15 depuis quatre ans, et qui a été ambulancière pendant une vingtaine d'années, est aujourd'hui suspendue le temps de l'enquête autour de la mort de la jeune strasbourgeoise de 22 ans.

Elle s'est exprimée par téléphone dans l'émission 66 Minutes. "Ça suffit de porter toujours le chapeau pour le système", s'est-elle défendue. La journaliste lui a aussi demandé si elle regrettait de ne pas avoir pris en considération les propos de la jeune Naomi Musenga.

A voir aussi: La famille de Naomi Musenga refuse de faire de l'opératrice du Samu un bouc émissaire

L'opératrice lui avait en effet rétorqué "oui, ben, vous appelez SOS Médecin. Oui, vous allez mourir, certainement un jour, comme tout le monde", alors que la jeune femme venait de lui faire part des fortes douleurs dont elle souffrait.

"On est sous pression en permanence. On travaille en douze heures d’affilée. Ce sont des conditions de travail qui sont pénibles. Je peux rester deux ou trois heures accrochée à mon téléphone, parce que je n’ai pas le temps de me lever tellement ça déborde de partout. Quand on passe en procédure dégradée parce qu’il y a beaucoup plus d’appels que de monde censé les gérer, on n’y arrive pas. On raccroche et on décroche!", a expliqué l'opératrice en critiquant ses conditions de travail.

Elle est aussi revenue sur les menaces dont elle fait l'objet. Elle est en effet la cible d'insultes très violentes sur les réseaux sociaux. "Je suis lynchée sur la place publique. Je pense que si les gens connaissaient mon visage et mon nom, je ne serais plus de ce monde aujourd’hui".

Ses collègues aussi sont la cible d'appels malveillants et de menaces depuis la médiatisation de l'affaire. "J’ai des collègues qui ont eu des menaces, bien sûr. Les équipes qui vont intervenir sur le terrain risquent aussi de se faire caillasser", a-t-elle poursuivi. En effet, certaines équipes d'urgence du Samu de Strasbourg sont maintenant escortées par des patrouilles de police de peur de tomber dans des guet apens.

A lire aussi: Mort de Naomi Musenga - le Samu menacé par des appels malveillants

Prise de très fortes douleurs au ventre le 29 décembre dernier, Naomi Musenga avait appelé le Samu pour la secourir. Mais l'opératrice qu'elle avait eu au téléphone lui avait (très) sèchement conseillé de plutôt faire appel à SOS médecins.

La jeune femme de 22 ans et mère d'une petite fille d'un an avait finalement appelé SOS médecins… qui avait demandé au Samu d'intervenir. Elle avait été transportée au CHU de Strasbourg où elle était morte des suite d'une défaillance multiviscérale.

La famille de la victime cherche aujourd'hui à savoir si la jeune femme aurait pu être sauvée si elle avait été secourue à temps. Ils demandent aussi des réponses quant à la tenue de son autopsie. L'examen a en effet été pratiqué cinq jours après la mort sur un cadavre "en putréfaction".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'opératrice du Samu suspendue après le décès de Naomi Musenga s'est exprimée pour la première fois.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-