Mort de Naomi Musenga: pour la famille, l'opératrice du Samu ne doit pas être érigée en "bouc émissaire"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 10 mai 2018 - 13:17
Image
L'opératrice du Samu, qui avait raillé en décembre au téléphone une jeune femme décédée quelques heures plus tard à l'hôpital de Strasbourg, a été suspendue le 9 mai 2018 "à titre conservatoire"
Crédits
© PIERRE ANDRIEU / AFP/Archives
L'avocat de la famille de Naomi Musenga a expliqué que ses clients ne voulaient pas faire de l'opératrice du Samu un "bouc émissaire".
© PIERRE ANDRIEU / AFP/Archives
L'avocat de la famille de Naomi Musenga, morte en décembre dernier après de multiples dysfonctionnements dans la chaîne des secours, a expliqué ce jeudi que ses clients ne voulaient pas "ériger (l'opératrice du Samu) en bouc émissaire".

Alors que l'opératrice du Samu qui a traité l'appel de Naomi Musenga, morte en décembre dernier d'une défaillance multiviscérale, a été suspendue à titre conservatoire, la famille de la jeune femme de 22 ans a fait savoir ce jeudi 10, par l'intermédiaire de son avocat, qu'elle ne souhaitait pas faire de cette femme un "bouc émissaire".

"La famille ne souhaite absolument pas qu'on érige cette dame en bouc émissaire, elle souhaite que toute la lumière soit faite sur toute la chaîne des responsabilités", a déclaré Me Mohamed Aachour sur Franceinfo.

Il a aussi expliqué que ses clients étaient "en recherche de compréhension" et attendaient des réponses à toutes leurs questions: "Pourquoi n'a-t-elle pas été prise en charge? Pourquoi est-elle morte? Aurait-elle survécu si elle avait été prise en charge dans des délais extrêmement rapides? Pourquoi, après le décès, il a fallu attendre 112 heures pour pratiquer une autopsie? Pourquoi sur cette autopsie, le médecin nous indique que le corps ou les organes sont dans un état de putréfaction avancée? Quelles sont les conditions de conservation de ce corps?", a ainsi énuméré l'avocat.

Lire aussi: mort de Naomi Musenga - les pompiers disent avoir "respecté" leur procédure

Me Mohamed Aachour a toutefois précisé que la famille était satisfaite qu'une enquête préliminaire pour "non-assistance à personne en péril" ait été ouverte: "C'est une décision que la famille demandait".

Une enquête préliminaire qui s'ajoute à l'enquête administrative ouverte début mai par la direction des Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

A noter aussi que l'avocat entend demander l'ouverture d'une information judiciaire afin que la famille, qui doit donner une conférence de presse ce jeudi après-midi, puisse accéder au dossier et participer à l'enquête.

À LIRE AUSSI

Image
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn au Palais de l'Elysée, à Paris, le 27 avril 2018
Mort de Naomi Musenga: Buzyn recevra les médecins urgentistes "la semaine prochaine"
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a indiqué mercredi sur RTL qu'elle recevrait les médecins urgentistes "la semaine prochaine" au sujet du décès en décembre de Nao...
09 mai 2018 - 20:54
Politique
Image
France-Soir
Décès de Naomi Musenga: ouverture d'une enquête préliminaire
Le parquet de Strasbourg a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête préliminaire sur le décès en décembre de Naomi Musenga, 22 ans, prise en charge tardivement par l...
09 mai 2018 - 18:08
Image
une ambulance du Samu
"Oui, vous allez mourir": elle téléphone au Samu de Strasbourg puis meurt d'une défaillance multiviscérale
Une jeune strasbourgeoise de 22 ans est décédée quelques heures après avoir appelé le Samu en décembre dernier. Une enquête a été ouverte: l'opératrice l'avait dirigée...
08 mai 2018 - 15:21
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don