Mort d'un lycéen dans la Somme: une enquête pour "homicide volontaire" ouverte

Mort d'un lycéen dans la Somme: une enquête pour "homicide volontaire" ouverte

Publié le 03/04/2017 à 16:48 - Mise à jour à 16:57
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Quatre jours après la découverte du corps de Clément B., un l'adolescent de 16 ans, dans un étang de Ham dans la Somme, une enquête a été ouverte pour "homicide volontaire".

Jeudi dernier, le corps de Clément B, un lycéen de 16 ans a été retrouvé dans un étang de Ham dans la Somme. Les circonstances de sa mort n'ont toujours pas été déterminées. Ce lundi 3, le parquet d'Amiens a annoncé l'ouverture d'une enquête pour homicide volontaire. La justice n'a pas écarté un éventuel suicide, rapporte BFMTV.

Dans un communiqué, le procureur Alexandre de Bosschère a révélé que la "plaie mortelle au niveau de la gorge de l'adolescent, ainsi qu'une plaie secondaire au niveau de l'abdomen sont compatibles avec un homicide volontaire mais aussi avec un acte suicidaire". Il a également ajouté: "aucun couteau ou arme blanche n'a pu être découvert dans l'étang ou à proximité de celui-ci (...) en dépit des nombreuses recherches effectuées par les gendarmes depuis trois jours". Et d'ajouter: "les recherches opérationnelles vont se poursuivre sur les lieux".

L'adolescent retrouvé à un centaine de mètres de son établissement scolaire était interne au lycée Peltier. En mars dernier, Clément B. avait signalé être victime de harcèlement. Après ces révélations, le procureur a indiqué qu'"une procédure disciplinaire a été mise en oeuvre " concernant les élèves sans en indiquer le nombre.

Un adolescent de 17 ans a été placé en garde à vue ce week-end, puis relâché dimanche midi "sans aucune charge retenue à son encontre". Elle est la "dernière personne à avoir aperçu Clément B. vivant le 30 mars", affirme le procureur.

Dans une interview donnée au Courrier Picard, le meilleur ami de Clément B. a témoigné que certains internes harcelaient la victime. Il réfute la thèse du suicide: "Clément était peureux; Il aurait été incapable de se poignarder". L'enquête est toujours en cours et menée par la section de recherches d'Amiens et de la compagnie de gendarmerie de Péronne.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un adolescent de 17 ans a été placé en garde à vue ce week-end, puis relâché dimanche midi "sans aucune charge retenue à son encontre".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-