Mort d'une femme, poignardée par son ex: elle avait un "téléphone grand danger"

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 29 juin 2018 - 15:41
Image
Gendarmerie-Enseigne-Illustration
Crédits
©Frédéric Bisson/Flickr
Laetitia Schmitt, mère de famille de 36 ans, est morte lundi Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin) poignardée par son ex-mari.
©Frédéric Bisson/Flickr
Une femme de 36 ans est morte lundi dans le Bas-Rhin poignardée par son ex-mari. Cette maman de deux enfants avait avec elle un "téléphone grand danger", dispositif de sécurité pour les femmes victimes de violences conjugales. Mais le temps que la police intervienne, il était déjà trop tard.

Lætitia Schmitt, une mère de famille de 36 ans, est morte lundi 25 à Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin), poignardée à plusieurs reprises par son ex, avec qui elle était en instance de divorce. Ses enfants, un garçon et une fille âgés de 11 et 10 ans, étaient à l'école au moment des faits.

La victime avait avec elle un "téléphone grand danger", qui a fonctionné. Mais malgré l'intervention rapide des forces de l'ordre, il était quand même déjà trop tard à leur arrivée.

Ce dispositif de sécurité, dont bénéficient les victimes de violences conjugales, est composé d'un boîtier avec un bouton unique qu'elles portent en permanence sur elle. Quand elles sont en danger, parce que leur mari ou ex-compagnon violent s'approche, les femmes battues n'ont qu'à presser le bouton en question.

L'opérateur doit en principe vérifier l'identité de la personne qui a donné l'alerte, la localiser et identifier le danger. Le commissariat ou la gendarmerie la plus proche reçoit un signalement et se rend le plus rapidement possible sur place.

Lire aussi: Schiappa au chevet d'une femme battue poignardée par son ex-mari

Dans le cas de Laetitia Schmitt, le bouton a été activé à 10h10 selon le récit du Parisien. L'opérateur n'a pu entrer en contact avec elle et a alors alerté les gendarmes.

Les militaires ont débarqué à 10h17, soit seulement sept minutes plus tard. Ils ont trouvé la jeune femme gisant sur le sol devant sa maison.

Le suspect, Julien Griffon, avait déjà fui. Cet homme, du même âge que la victime, avait été condamné à un an de prison avec sursis pour avoir frappé sa femme. Il n'avait plus le droit depuis d'entrer en contact avec elle ou de séjourner dans le Bas-Rhin.

Les forces de l'ordre ont lancé une chasse à l'homme et ont cru pouvoir le retrouver grâce au signalement de sa voiture, repérée par un habitant de Mittelbergheim (à environ une heure de route de Schweighouse-sur-Moder).

Mais l'individu a finalement été retrouvé mort, percuté par un train, dans la nuit de mercredi 27 à jeudi 28. Il se serait suicidé.

À LIRE AUSSI

Image
Une prise d'otage était en cours vendredi matin dans un supermarché de l'Aude
Val-d'Oise: une femme battue sauvée grâce à un SOS lancé par la fenêtre
Une femme victime de violences conjugales a été sauvée samedi soir après avoir lancé un appel à l'aide par la fenêtre de son domicile à Franconville. Le mari a pu être...
07 juin 2018 - 13:01
Société
Image
Une prise d'otage était en cours vendredi matin dans un supermarché de l'Aude
Femme battue à coups de ceinture: l'enquête "avance", l'agresseur identifié?
La vidéo d'une femme battue à coups de ceinture diffusée mercredi a provoqué une vague de signalements et l'ouverture d'une enquête par la police judiciaire. L'Amicale...
13 avril 2018 - 20:39
Société
Image
Police nationale
Vidéo d'une femme battue à coups de ceinture: des internautes cherchent à identifier les auteurs
L'association L'Amicale des Jeunes du Refuge a diffusé ce mercredi sur Twitter la vidéo d'une femme battue à coups de ceinture pour ne pas être "restée à sa place", ap...
11 avril 2018 - 22:58
Société