Mort d'une mère et de son bébé: "dysfonctionnements" et "risques graves" à la maternité de Decazeville

Mort d'une mère et de son bébé: "dysfonctionnements" et "risques graves" à la maternité de Decazeville

Publié le 22/12/2016 à 17:09 - Mise à jour à 17:11
©Cor125/Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Après la mort d'une mère te de son enfant durant l'accouchement en octobre, la maternité de Decazeville (Aveyron) a été l'objet d'une enquête de l'Agence régionale de santé qui a conclu à des "dysfonctionnements" et le "non-respect d'exigences réglementaires" entrainant des "risques graves". La suspension partielle de l'activité obstétricale a été prolongée de six mois.

Des "dysfonctionnements" et le "non-respect d'exigences réglementaires" engendrent des "risques graves pour la sécurité des activités obstétricales" à la maternité de Decazeville (Aveyron), où sont morts en octobre une mère et son enfant, a indiqué jeudi l'Agence régionale de santé (ARS).

"L'ARS a conclu à l'existence de dysfonctionnements dans l'organisation des soins et au non-respect d'exigences réglementaires, qui engendrent des risques graves pour la sécurité des activités obstétricales", a annoncé l'agence dans un communiqué.

Ces constatations sont incluses dans le rapport d'inspection définitif de l'ARS, communiqué le 7 décembre au parquet qui a ouvert mi-octobre une information judiciaire après les décès d'une mère et de son enfant lors d'un accouchement dans la nuit du 5 au 6 octobre.

L'ARS a en conséquence prolongé de six mois la suspension partielle de l'activité obstétricale dans cet établissement. "Le centre hospitalier devra mettre à profit cette période, pour réunir l'ensemble des conditions de qualité et de sécurité nécessaires à une reprise d'activité", avertit l'agence.

L'autopsie du nourrisson et de la femme de 36 ans, mère de deux enfants, avait révélé un hématome rétro-placentaire, dont la cause n'a pas été identifiée, selon le parquet de Rodez.

Située dans un ancien bassin minier à environ 35 km au nord-ouest de Rodez, la maternité de Decazeville (6.000 habitants) est un emblème de la lutte contre les déserts médicaux: elle a été menacée de fermeture à plusieurs reprises depuis près de 20 ans et elle pratique moins de 300 accouchements par an.

Le projet de la transformer en centre périnatal avait suscité une vive mobilisation de la population et la maternité avait vu son autorisation d'activité renouvelée pour 5 ans par l'ARS, en mai 2016.

Un plan d'action devait cependant être respecté, avec notamment la mise en place de divers protocoles médicaux et la réorganisation de la présence des praticiens en gynécologie-obstétrique. Une visite de conformité était prévue dans six mois.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'autopsie du nourrisson et de la femme de 36 ans, mère de deux enfants, avait révélé un hématome rétro-placentaire, dont la cause n'a pas été identifiée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-