Mort d'une femme, poignardée par son ex: elle avait un "téléphone grand danger"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Mort d'une femme, poignardée par son ex: elle avait un "téléphone grand danger"

Publié le 29/06/2018 à 13:41 - Mise à jour à 13:46
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une femme de 36 ans est morte lundi dans le Bas-Rhin poignardée par son ex-mari. Cette maman de deux enfants avait avec elle un "téléphone grand danger", dispositif de sécurité pour les femmes victimes de violences conjugales. Mais le temps que la police intervienne, il était déjà trop tard.

Lætitia Schmitt, une mère de famille de 36 ans, est morte lundi 25 à Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin), poignardée à plusieurs reprises par son ex, avec qui elle était en instance de divorce. Ses enfants, un garçon et une fille âgés de 11 et 10 ans, étaient à l'école au moment des faits.

La victime avait avec elle un "téléphone grand danger", qui a fonctionné. Mais malgré l'intervention rapide des forces de l'ordre, il était quand même déjà trop tard à leur arrivée.

Ce dispositif de sécurité, dont bénéficient les victimes de violences conjugales, est composé d'un boîtier avec un bouton unique qu'elles portent en permanence sur elle. Quand elles sont en danger, parce que leur mari ou ex-compagnon violent s'approche, les femmes battues n'ont qu'à presser le bouton en question.

L'opérateur doit en principe vérifier l'identité de la personne qui a donné l'alerte, la localiser et identifier le danger. Le commissariat ou la gendarmerie la plus proche reçoit un signalement et se rend le plus rapidement possible sur place.

Lire aussi: Schiappa au chevet d'une femme battue poignardée par son ex-mari

Dans le cas de Laetitia Schmitt, le bouton a été activé à 10h10 selon le récit du Parisien. L'opérateur n'a pu entrer en contact avec elle et a alors alerté les gendarmes.

Les militaires ont débarqué à 10h17, soit seulement sept minutes plus tard. Ils ont trouvé la jeune femme gisant sur le sol devant sa maison.

Le suspect, Julien Griffon, avait déjà fui. Cet homme, du même âge que la victime, avait été condamné à un an de prison avec sursis pour avoir frappé sa femme. Il n'avait plus le droit depuis d'entrer en contact avec elle ou de séjourner dans le Bas-Rhin.

Les forces de l'ordre ont lancé une chasse à l'homme et ont cru pouvoir le retrouver grâce au signalement de sa voiture, repérée par un habitant de Mittelbergheim (à environ une heure de route de Schweighouse-sur-Moder).

Mais l'individu a finalement été retrouvé mort, percuté par un train, dans la nuit de mercredi 27 à jeudi 28. Il se serait suicidé.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Laetitia Schmitt, mère de famille de 36 ans, est morte lundi Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin) poignardée par son ex-mari.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-