Moselle: un Allemand mis en examen pour une stèle nazie dans son jardin

Moselle: un Allemand mis en examen pour une stèle nazie dans son jardin

Publié le 12/07/2018 à 11:45 - Mise à jour à 11:51
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un Allemand a été mis en examen en France la semaine dernière pour "apologie de crimes contre l'humanité". Il avait installé une stèle à la gloire d'une division de la Waffen SS sur un terrain qui lui appartient.

C'est un promeneur qui avait découvert avec stupéfaction l'objet du délit. Début janvier, une stèle à la gloire de la sinistre 17e SS Panzergrenadier Division avait été découverte sur un terrain privé situé sur la commune de Volmunster, près de la frontière allemande. Le propriétaire des lieux, un ressortissant Allemand de 34 ans, a été mis en examen pour "apologie de crimes contre l'humanité", la semaine passé.

"Le juge d’instruction lui a notifié les faits reprochés lors d’un interrogatoire de première comparution. Il a également été placé sous contrôle judiciaire et sera réentendu très rapidement", a indiqué mercredi 11 Le Républicain lorrain. Sur la stèle, pourvue de fleurs et de rubans noirs et rouge, était inscrite la devise de cette unité de l'ordre noir: "Drauf, dran und durch", qui signifie en français "En avant, on y va, tête baissée". Elle avait été démonté par les gendarmes quelques heures après sa découverte.

Lire aussi - Perpétuité pour l'unique rescapée d'un trio néonazi en Allemagne

La 17e SS Panzergrenadier Division est suspectée d’avoir massacré 124 habitants du village de Maillé, en Indre-et-Loire, le 25 août 1944, en représailles à des actions de la Résistance contre l'occupant allemand.

La découverte d’un tel monument "n’est pas banale, mais il y a déjà eu par le passé des rassemblements de néonazis et de sympathisants du IIIe Reich au Pays de Bitche", avait fait savoir le procureur de la République de Sarreguemines, Jean-Luc Jaeg, en janvier dernier.

Une perquisition avait eu lieu au domicile principale du suspect peu après la découverte des la stèle à Püttlingen en Allemagne. Des objets ainsi que des données informatiques avaient été saisis, précise le quotidien.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La stèle nazie avait été découverte sur une parcelle privée à Volmunster, en janvier dernier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-