Mouvement de panique après Juventus-Real Madrid: une femme de 38 ans est morte après 12 jours de coma

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mouvement de panique après Juventus-Real Madrid: une femme de 38 ans est morte après 12 jours de coma

Publié le 16/06/2017 à 10:54 - Mise à jour à 11:41
© MASSIMO PINCA / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une Italienne de 38 ans est décédée dans la nuit de jeudi à ce vendredi après plusieurs jours passés dans le coma. Elle avait été écrasée contre un mur lors de la bousculade survenue à Turin après la finale de la Ligue des champions le 3 juin dernier.

Elle s'appelait Erika et avait 38 ans. Elle est décédée dans la nuit de jeudi 15 à ce vendredi 16. Le soir du 3 juin dernier, elle s'était rendue avec son compagnon sur la place San Carlo dans le centre de Turin pour regarder la finale de la Ligue des champions, entre la Juventus et le Real Madrid (victoire 4-1 des Madrilènes), sur l'écran géant mis en place par la mairie.

Mais alors que le match se terminait, plongeant les Turinois dans la tristesse de la défaite, un terrible drame est survenu, rendant tout de suite le football insignifiant. L'explosion de feux d'artifice sauvages a déclenché un mouvement de panique gigantesque, et des milliers de personnes ont été piétinées. Plus de 1.500 blessés avaient été dénombrés, certains dans un état très grave… comme Erika (un petit garçon de 7 ans était aussi resté dans le coma avant de s'en sortir).

Les médias italiens avaient expliqué que la trentenaire s'était retrouvée bloquée contre un mur, et que la pression de la foule avait écrasé sa cage thoracique, provoquant un arrêt cardiaque et la plongeant dans le coma. Dont elle n'est jamais sortie.

La maire de Turin, Chiara Appendino, a rendu hommage à Erika en publiant un court message sur son compte Twitter. "Toute parole serait superflue. En mon nom et en celui de la ville, j'adresse mes condoléances pour la mort d'Erika".

L'hôpital a fait savoir à la presse que les parents d'Erika avaient donné leur accord pour le don de ses organes. Suite à son décès, l'enquête en cours pour déterminer le ou les responsable(s) de ce drame devrait s'orienter sur "l'homicide involontaire" et plus uniquement sur "coups et blessures involontaires".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plus de 1.500 personnes avaient été blessées dans un mouvement de panique sur la place San Carlo le soir de la finale de la Ligue des champions.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-