Nancy: la mère soupçonnée d'infanticide se suicide en prison

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Nancy: la mère soupçonnée d'infanticide se suicide en prison

Publié le 02/05/2018 à 15:14 - Mise à jour à 15:21
© ERIC FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une détenue du centre pénitentiaire de Nancy s'est vraisemblablement suicidée dans sa cellule dans la nuit de lundi à mardi. Elle était en détention provisoire pour le meurtre de sa fille.

Elle était incarcérée suite au meurtre de sa fille, en mai 2017. Une femme de 48 ans s'est vraissemblablement donné la mort au centre pénitentiaire de Nancy, dans la nuit de lundi 30 à mardi 1er, a fait savoir le parquet.

Cette nuit-là vers 0h30, une surveillante de nuit qui faisait sa ronde s'est inquiétée de ne pas voir la détenu dans sa cellule à travers l'œilleton. Elle ne répondait pas non plus aux appels. La surveillante a prévenu son supérieur et la détenue a finalement été découverte recroquevillée près des toilettes.

A côté d'elle se trouvait diverses pilules ainsi qu'une cannette de bière sans alcool, a fait savoir le procureur. Si l'enquête est encore en cours, la thèse du suicide par overdose médicamenteuse est donc largement privilégiée.

Lire aussi: Mère infanticide à Bordeaux - le mari s'explique, les filles soutiennent leur maman

La victime était écrouée depuis plusieurs mois sous le régime de la détention provisoire en attendant d'être jugée pour le meurtre de sa fille. Fin mai 2017, l'appartement familial avait pris feu. Une fois le sinistre maîtrisé par les pompiers, ni la mère ni la fille n'avaient été retrouvées.

Elles l'ont été le lendemain, dans le véhicule de la mère qui, à l'évidence, s'était taillé les veines après avoir étouffé sa fille de 9 ans, Alizée, avec un coussin et égorgé le chat. Une lettre évoquant sa détresse et ses difficultés avait également été retrouvée. Son ex-compagnon et père de la fillette avait décrit une femme perturbé, rappelle l'Est Républicain.

Les soupçons d'infanticides étaient donc lourds mais ne seront jamais démontrés devant un tribunal. L'enquête devra notamment déterminer comment la détenue a pu avoir accès à des doses mortelles de médicaments.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La femme attendait son jugement pour infanticide. (illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-