Nancy: un violeur récidiviste relaxé pour avoir brisé son bracelet électronique

Nancy: un violeur récidiviste relaxé pour avoir brisé son bracelet électronique

Publié le 02/04/2015 à 07:22 - Mise à jour à 07:31
©Jean-Louis Zimmermann/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Jean-Luc Moindrot, violeur récidiviste, avait brisé son bracelet électronique en juin dernier avant d'être interpellé trois semaines plus tard. La justice a considéré qu'il ne s'agissait pas d'une tentative d'évasion.

La cour d'appel de Nancy (Lorraine) a jugé mercredi 1 avril que briser son bracelet électronique lorsqu'on n'est plus en détention afin de se soustraire au contrôle judiciaire ne constitue pas une "tentative d'évasion". C'est pour ces faits que Jean-Luc Moindrot, violeur récidiviste, se retrouvait à nouveau devant la justice. En juin dernier, il avait détruit son bracelet électronique à son domicile de Nacy avant d'être interpellé trois semaines plus tard à la frontière espagnole. En première instance, il avait été condamné à 18 mois de prison pour ce délit.

Toutefois lors du procès en appel, le 4 mars dernier, l'avocat général avait requis la relaxe. Car si le bracelet électronique peut permettre à certains détenus de bénéficier libération conditionnelle, Jean-Luc Moindrot, lui, avait déjà purgé la sienne lorsqu'il s'est vu placer sous surveillance judiciaire, compte tenu de son caractère dangereux de violeur en série.

Condamné une première fois en 1991 à Orléans cet homme de 48 ans avait à l’époque écopé de 9 ans de prison. Il a par la suite été condamné en 2001 à Auxerre à 20 ans de réclusion dont 13 ans de sureté pour trois nouveaux viols. Il avait obtenu 45 mois de réductions de peine ce qui lui avait permis de sortir de prison le 3 décembre 2013.

Il avait alors été équipé d'un bracelet électronique, assorti d'une obligation de suivi psychiatrique et d'injection pour contrôler sa libido. Il ne pouvait en outre se trouvait hors de son domicile que 4 heures par jour.

Lors de son interpellation en juillet dernier, il avait expliqué aux forces de police avoir briser son bracelet électronique pour "aller voir la mer". Les réductions de peine dont il bénéficiait ayant été levé pour cet acte, Jean-Luc Moindrot dort depuis en prison.

 

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Briser son bracelet électronique quand on n'est plus en détention ne constitue pas une tentative d'évasion.

Newsletter





Commentaires

-