Nantes: il prostituait sa femme handicapée contre des cigarettes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Nantes: il prostituait sa femme handicapée contre des cigarettes

Publié le 03/03/2015 à 11:31 - Mise à jour à 12:14
©Jean-Louis Zimmermann/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Un homme de 63 ans a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ans de sursis, et mise à l'épreuve pour avoir prostitué sa femme handicapée durant plus de trois ans, de 2009 à 2012. Le tarif: 20 euros, deux bouteilles de pastis ou encore cinq cigarettes.

L'histoire est sordide. Un homme de 63 ans a été condamné lundi 2 mars par le tribunal de Nantes à cinq ans de prison, dont deux ferme, pour proxénétisme aggravé. Il avait prostitué sa femme, handicapée à plus de 80%, de 2009 à 2012, en échange de quelques euros, d'un peu d'alcool ou même de cigarettes.

Lors de son procès, relaté par Ouest France, l'homme a raconté qu'il démarchait des "clients" sur les aires d'autoroute proches de son domicile de Châteaubriant (près de Nantes, dans la Loire-Atlantique) et leur proposait de coucher avec sa femme handicapée, âgée de 45 ans. Il les conduisait ensuite chez lui où les relations sexuelles avaient lieu. Le tarif: 20 euros, deux bouteilles de pastis ou encore cinq cigarettes. Il assouvissait également ses fantasmes de voyeurisme en assistant aux passes.

Selon les comptes tenus par le proxénète, cette activité illicite lui aurait rapporté environ 700 euros sur trois ans, une somme qu'il aurait notamment utilisée pour payer les frais de pension ...de son cheval.

La gendarmerie a été alertée par un client qui s'est dit "choqué" par la détresse de la victime, "malheureuse, sans conversation et sans vie, comme une poupée gonflable", a-t-il déclaré aux enquêteurs. Les experts mandatés par la justice ont évoqué lors de l'audience une femme "à forte tendance comportementale à la soumission".

Son tortionnaire a quant à lui dit regretter ses actes et déclaré "souffrir (de ce qu'il) lui a fait faire". Déjà condamné pour attentat à la pudeur, cet homme décrit comme "colérique" par d'anciennes compagnes a écopé de cinq ans de prison, dont trois ans assortis de sursis et mise à l'épreuve.

 

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un client, qui a averti les gendarmes, a décrit une femme "malheureuse, sans conversation et sans vie, comme une poupée gonflable".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-