Nantes: ouverture du procès de deux amants pour le meurtre de l'épouse

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Nantes: ouverture du procès de deux amants pour le meurtre de l'épouse

Publié le 14/01/2016 à 10:35 - Mise à jour à 10:40
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme et sa maîtresse sont jugés à partir de ce jeudi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique pour avoir assassiné l'épouse et maquillé le crime en disparition. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Le procès d'un agriculteur et de sa maîtresse pour l'assassinat en mars 2013 de l'épouse à son domicile, qui avait été maquillé en disparition, s'est ouvert ce jeudi 14 janvier au matin devant la cour d'assises de Loire-Atlantique.

Didier Barbot, 42 ans, et Stéphanie Livet, une ancienne aide-soignante de 40 ans, sont accusés d'avoir tendu un guet-apens à Anne Barbot dans le garage de son habitation à Vritz (Loire-Atlantique) dans la nuit du 15 au 16 mars 2013, avant de la frapper à la tête avec une bûche, de l'étrangler et de transporter son corps dans le coffre d'une voiture, ensuite incendiée en forêt de Saint-Michel-et-Chanveaux (Maine-et-Loire), à environ 15 km.

Avant la découverte des restes du corps de la victime dans la voiture calcinée, une dizaine de jours plus tard, Anne Barbot avait pris la tête des recherches pour retrouver son épouse, surnommée la "disparue de Vritz", collant des affiches avec sa photo et mobilisant le bourg de 700 habitants lors de marches blanches.

Les "amants diaboliques", qui entretenaient une relation extra-conjugale depuis fin 2010, étaient passés aux aveux huit mois plus tard, en novembre 2013, au terme d'une longue enquête.

Des proches et des anciens collègues d'Anne Barbot, caissière dans un supermarché, étaient présents à l'ouverture du procès, une photo de la victime en forme de médaillon collée sur le coeur.

"Aujourd'hui, la famille est toujours effondrée. Elle demeure meurtrie par la trahison de Didier Barbot. (...) On attend de sa part une forme de sincérité, qu'il n'a jamais montrée", a déclaré avant le début de l'audience Louis-René Penneau, qui défend la mère, l'une des soeurs, le beau-frère et les neveux et nièces d'Anne Barbot.

Les accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Le verdict est attendu le 22 janvier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le verdict du procès est attendu le 22 janvier. (Image d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-