Nantes: ivre, il suspend son fils dans le vide par la fenêtre de son appartement du 4e étage

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Nantes: ivre, il suspend son fils dans le vide par la fenêtre de son appartement du 4e étage

Publié le 30/10/2017 à 10:39 - Mise à jour à 10:44
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un père de famille de 32 ans a mis en danger son fils de deux ans, samedi soir à Nantes, en le maintenant au-dessus du vide. L'enfant pleurait et cet homme, ivre, a menacé de le "balancer par la fenêtre". La police est intervenue à son domicile et l'a placé immédiatement en garde à vue.

Le drame a été évité de peu. Samedi 28 au soir, dans le quartier de Malakoff à Nantes, un père de famille de 32 ans a failli commettre l'irréparable alors qu'il était dans un état d'ébriété avancé. Son fils de deux ans, qui était malade, n'arrêtait pas de pleurer et, agacé, il a menacé de le jeter par la fenêtre: "Tais-toi, sinon je te balance par la fenêtre", lui aurait-il lancé selon Ouest-France, qui rapporte les faits. Précisant aussi qu'il avait bu cinq litres de bière.

Il a ensuite lié le geste à la parole et a maintenu le garçonnet au-dessus du vide, en le passant par la fenêtre de son appartement situé au 4e étage d'une résidence HLM. Sa compagne s'occupait de leur fille de trois mois à ce moment-là. Les autorités n'ont pas précisé qui les avait prévenues. Toujours est-il que l'homme s'est ravisé et est allé se coucher, toujours ivre.

C'est d'ailleurs dans son lit que la police est allée l'arrêter et l'a immédiatement placé en garde à vue. Le lendemain, dimanche 29, il a été déféré au parquet de Nantes, qui lui a signifié sa citation à comparaître devant le tribunal correctionnel en mai prochain. Il devra répondre de ses actes lors d'une audience publique.

Aucune précision n'a été donnée sur les mesures prises jusqu'à l'audience pour mettre en sécurité la famille de ce Nantais. Mais dans ces cas-là, il n'est pas rare que la justice ordonne une injonction d'éloignement, interdisant au parent violent d'approcher le domicile conjugal ou même l'école des enfants. Une sanction immédiate est aussi prévue en cas de violation de cette mesure d'éloignement.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les pleurs du petit garçon de deux ans ont excédé ce père de famille, complètement saoul.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-