"On ne soigne pas les gays": un patient de l'hôpital de Bourges porte plainte pour homophobie

"On ne soigne pas les gays": un patient de l'hôpital de Bourges porte plainte pour homophobie

Publié le 26/07/2017 à 10:34 - Mise à jour à 10:41
©Cor125/Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un patient de l'hôpital de Bourges vient de porter plainte contre X après avoir découvert dans sa chambre un message à caractère homophobe. L'établissement de soins a ouvert une enquête.

Un patient de l'hôpital Jacques Cœur de la ville de Bourges a décidé de porter plainte contre X pour des faits d'homophobie survenus au sein de l'établissement hospitalier, a-t-on appris mardi 25 auprès de France Bleu Berry.

Stéphane Clavier, 45 ans, ancien serveur en restauration, habitant Fussy dans le Cher, était soigné dans l'hôpital il y une dizaine de jours "pour un problème aux intestins (...) au sein du service de gastro-entérologie" explique la radio. Le patient a fait savoir qu'un message à caractère homophobe aurait été déposé dans sa chambre alors qu'il en était absent. On pouvait lire sur le papier volant le texte suivant: "On soigne pas les gays" (sic).

"On est sortis en bas avec mon mari fumer une cigarette et quand on est remontés, on a découvert un bout de papier sur la table de nuit avec marqué +on ne soigne pas les gays+ (...) ça me fait plutôt mal de voir des comportements comme ça, on est là pour être soigné, on n'est pas là pour être jugé", témoigne la victime à France Bleu.

Un document discriminatoire qui a pu confirmer une impression de rejet du couple de la part d’une partie du personnel soignant: "Le matin par exemple au petit-déjeuner, au lieu de dire bonjour monsieur, c'était: vous voulez quoi? avec un regard assez insistant, on ne se sentait pas à notre place, rejetés".

Du côté de la direction de l'hôpital, on dit prendre très au sérieux cette affaire bien que pour l'heure, "l'origine du message n'a pas pu être déterminée", malgré l'ouverture d'une enquête interne. Et de préciser que: "l'établissement est attaché depuis toujours à des principes éthiques forts de service public et de respect de tous ses patients".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On a découvert un bout de papier sur la table de nuit avec marqué +on ne soigne pas les gays+", a témoigné la victime.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-