Disparition de deux adolescentes handicapées: la mère en garde à vue, les gendarmes envisagent le double infanticide

Disparition de deux adolescentes handicapées: la mère en garde à vue, les gendarmes envisagent le double infanticide

Publié le 21/09/2017 à 14:52 - Mise à jour à 14:59
© THIERRY BRETON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Disparues depuis 2016, Inès et Nawal, deux jeunes filles handicapées de 11 et 13 ans sont toujours recherchées par les gendarmes. Leur mère a été placée en garde à vue. Mercredi, des plongeurs ont fouillé la Gélise, rivière située tout près du domicile familial à Nérac. Les enquêteurs ont évoqué la possibilité d'un double infanticide.

La section de recherches de la gendarmerie d'Agen était toujours ce jeudi 21 au matin à la recherche de Nawal et Inès, deux sœurs handicapées de 11 et 13 ans, disparues depuis décembre 2016, à Nérac dans le Lot-et-Garonne selon une information de La Dépêche du Midi.

Mercredi 20 après-midi, leur mère, ancienne comptable qui avait arrêté de travailler pour s'occuper de ses filles, a été placée en garde à vue. En décembre dernier, quand le centre spécialisé a signalé la disparition des deux jeunes filles, elle avait assuré qu'elles étaient parties rejoindre leur père qui vit au Maroc. Et qui a abandonné femme et enfants pour rejoindre son pays natal.

Mais les gendarmes ont étudié cette piste et elle s'est avérée fausse. Pendant les premières heures de sa garde à vue, la mère a expliqué qu'elle avait confié les deux sœurs à un couple d'inconnus sur une autoroute en Espagne. Là aussi, les enquêteurs n'y croient pas car les contradictions sont trop nombreuses.

La disparition datant désormais de très longtemps, les gendarmes imaginent le pire: le double infanticide. Mais aucune trace des corps. Tant qu'elles ne seront pas retrouvées, la piste de la séquestration ne sera pas non plus écartée.

Ce jeudi matin, les recherches se concentraient toujours autour du domicile familial, où les jeunes filles rentraient tous les soirs. Il est situé rue du Moulin des Tours à Nérac. Et à quelques mètres de la clôture se situe la Gélise, une rivière sous-affluente de la Garonne. Des plongeurs de la gendarmerie ont d'ailleurs sondé la zone tout mercredi.

A noter que les investigations se poursuivent toujours dans le cadre de l'information judiciaire ouverte pour délaissement d'enfants au printemps dernier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes sont mobilisés depuis mardi 19 autour du domicile familial d'Inès et Nawal, disparues depuis plusieurs mois.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-