Nice: 30 ans de prison pour l'homme qui avait mortellement percuté un gendarme

Nice: 30 ans de prison pour l'homme qui avait mortellement percuté un gendarme

Publié le 06/02/2015 à 20:04 - Mise à jour le 07/02/2015 à 12:06
©Thomas Bresson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Alexandre Baudry a été condamné à 30 ans de prison pour avoir mortellement percuté le gendarme Daniel Briere le 17 octobre 2012. Le jury a considéré qu'il s'agissait d'un homicide volontaire.

"Un lâche", un homme "au cœur sec" qui a procédé à une"exécution réfléchie" du major Daniel Briere. L'avocat général n'a pas mâché ses mots ce vendredi lors de son réquisitoire à l'encontre d'Alexandre Baudry, l'homme accusé d'avoir mortellement renversé le gendarme en octobre 2012. Le ministère public avait demandé la réclusion criminelle à perpétuité, l'une des peines les plus lourdes du droit pénal français. Le prévenu a été condamné par la cour d'assises des Alpes-Maritimes à 30 ans de réclusion criminelle dont une peine de sûreté des deux tiers.

Le 17 octobre 2012, Alexandre Baudry, 21 ans à l'époque, sorti de prison depuis seulement cinq jours, est au volant d'une voiture volée. Daniel Briere, en civile mais porteur d'un brassard de gendarmerie a pour mission de l'interpeller. Il se met en travers de la route et sort son arme. Percuté par la voiture, il succombe à ses blessures quelques heures plus tard.

Les jurés ont considéré qu'Alexandre Baudry avait volontairement renversé le gendarme, ce qui fait de son crime un homicide volontaire. Selon l'avocat général, devant l'arme du gendarme, Alexandre Baudry"a donc riposté avec la sienne qui était la voiture".

La défense avait plaidé l'homicide involontaire, arguant que son client était "un petit con, un voleur de voiture, mais pas un meurtrier". Alexandre Baudry, impassible pensant la semaine du procès, a demandé pardon à la veuve du gendarme et déclaré: "Je sais malheureusement que j'ai brisé une famille, c'est un accident, je vais regretter toute ma vie".

Suite à la mort du major Briere, Manuiel Valls, alors ministre de l'Intérieur lui avait rendu l'hommage de la Nation et élevé au grade de capitaine à titre posthume.

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le jury a considéré que l'accusé avait délibérément percuté le gendarme.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-