Nice: l'agresseur des trois militaires était sur écoute

Nice: l'agresseur des trois militaires était sur écoute

Publié le 04/02/2015 à 07:35 - Mise à jour à 16:59
©Lionel Cironneau/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Interpellé, mardi 3, après avoir agressé trois militaires à l'arme blanche à Nice, l'agresseur âgé de 30 ans avait été refoulé la semaine dernière de Turquie puis entendue par la DGSI. Depuis, il était sur écoute.

L'homme était connu des services de police. Interpellé mardi 3 suite à l'agression à l'arme blanche de trois militaires à Nice devant un centre communautaire juif, Moussa Coulibaly, a été interpellé par les forces de l'ordre. Malgré une homonymie de patronyme avec l'auteur de la fusillade de Montrouge et de la prise d'otages de la porte de Vincennes, il n'y aurait à priori aucun rapport entre les deux hommes, selon plusieurs sources proches de l'enquête.

Impliqué dans plusieurs affaires entre 2006 et 2011, le suspect avait déjà fait parler de lui. Il avait été condamné à six reprises à des peines d'amende et de prison avec sursis pour des faits de droit commun  refus d'obtempérer, vol, outrage et rébellion, usage de stupéfiants, dégradation. Domicilié à Mantes-la-Jolie, en région parisienne, Moussa Coulibaly habite chez ses parents. Son appartement, situé dans la cité du Val Fourré a d'ailleurs été perquisitionné mardi 3 au soir. Sa mère, sa sœur et un de ses frères ont été emmenés par la police pour être entendus.

L'agresseur des trois militaires avait été repéré mi-décembre par les services de police, alors qu'il faisait du "prosélytisme agressif" dans une salle de sport des Yvelines, selon une source proche du dossier. Mais c'est un parcours plus récent qui a interpellé les enquêteurs. Moussa Coulibaly avait commandé un billet d'avion au départ d'Ajaccio, à destination d'Istanbul, en passant par Nice, puis Rome. Cet aller simple pouvait laisser à penser un possible voyage vers la Syrie. Signalé aux autorités turques, l'homme a été refoulé du pays à son arrivée à Istanbul, avant d'être renvoyé en France, à Nice.

Interrogé par les enquêteurs de la DGSI dans le cadre d'un entretien administratif, Moussa Coulibaly n'a pas été placé en garde à vue, faute d'infraction. Les services renseignement ont alors décidé de le laisser libre, aucune charge n'étant suffisante pour ouvrir une enquête. Mis sur écoute, l'homme s'est alors installé dans un hôtel niçois, proche du quartier de la gare et de l'avenue Jean-Médecin. Selon une source proche de l'enquête, il n'aurait été en lien avec aucun réseau, ni aucune filière à Nice jusqu'à mardi et rien dans son comportement ne permettait apparemment de soupçonner un tel passage à l'acte.

De leurs côtés, les militaires blessés sont sortis de l'hôpital. Ces derniers ont reçu mardi 3 au soir la visite du Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et du Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian qui a parlé d'un acte "prémédité"

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trois militaires sur l'avenue Jean-Médecin à Nice, mardi 3.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-