Nice: Moussa Coulibaly, l'agresseur des trois militaires, mis en examen et écroué

Nice: Moussa Coulibaly, l'agresseur des trois militaires, mis en examen et écroué

Publié le 08/02/2015 à 09:58 - Mise à jour le 09/02/2015 à 11:27
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Arrêté mardi 3 après l'agression au couteau de trois militaires en faction à Nice, Moussa Coulibaly a été mis en examen, samedi 7, pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire.

La suite des évènements était inévitable. Arrêté mardi 3 après l'agression de plusieurs militaires à Nice (Alpes-Maritimes), Moussa Coulibaly a été mis en examen, samedi 7, pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire. Longtemps muré dans le silence, l'homme avait commencé à se livrer aux enquêteurs lors de sa garde à vue. Il avait alors exposé aux policiers sa haine envers la France, les forces de l'ordre et les Juifs. Puis, avait précisé qu'à ses yeux, les musulmans étaient persécutés à travers le monde et avait mis en cause François Hollande pour la participation de la France à la lutte contre l'Etat islamique.

Après les premières 48 heures de garde à vue, Moussa Coulibaly avait fait également savoir, jeudi 5, qu'il ne souhaitait plus être assisté d'un avocat, avait indiqué celle qui lui avait été commise d'office pour les premiers interrogatoires, Me Caroline Laskar. Pour elle, après un moment où il a semblé "prostré",  Moussa Coulibaly lui est apparu "froid et déterminé", "peu soucieux de ce qui allait lui arriver".

Agé de 30 ans et originaire de Mantes-la-Jolie (Yvelines), l'individu se serait radicalisé depuis 2011. Refoulé de Turquie une semaine avant son arrestation et surveillé par les services de renseignements français, il séjournait depuis son retour à l'hôtel Azurea, près de la gare de Nice dans le centre-ville. Là-bas, les enquêteurs ont notamment trouvé une prière écrite de sa main et adressée à Allah.

Impliqué dans plusieurs affaires entre 2006 et 2011, le suspect avait déjà fait parler de lui. Il avait été condamné à six reprises à des peines d'amende et de prison avec sursis pour des faits de droit commun: refus d'obtempérer, vol, outrage et rébellion, usage de stupéfiants, dégradation.

A présent, les enquêteurs cherchent à déterminer plus précisément le parcours et les motivations de ce trentenaire, et notamment, s'il savait que les militaires agressés surveillaient l'accès à un centre communautaire abritant le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association juive. 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Moussa Coulibaly sur des images de vidéo surveillance.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-