Nîmes: panique à la gare après l'interpellation d'un homme armé d'un pistolet d'alarme

Nîmes: panique à la gare après l'interpellation d'un homme armé d'un pistolet d'alarme

Publié le 21/08/2017 à 07:24 - Mise à jour à 07:30
© Jaime Reina / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un individu armé d'un pistolet d’alarme a été interpellé samedi dans la gare de Nîmes. Son interpellation a donné lieu à des perturbations sur le trafic ferroviaire.

La gare de Nîmes a été évacuée quelques heures samedi 19 en raison d'une fausse alerte terroriste.  En effet, un homme muni d'un pistolet a été aperçu dans le bâtiment par un voyageur qui a immédiatement prévenu les forces de l'ordre vers 21h.

Ces dernières ont rapidement évacué la gare et bouclé les lieux avant de se mettre à la recherche du suspect qui a été rapidement interpellé et placé en garde à vue. Il s'est avéré que son arme était un pistolet d'alarme. Ces dernier sont souvent des répliques d'arme à feu mais ne propulsent pas de balles. Ces armes peuvent toutefois propulser du gaz CS ou du gaz au poivre selon les munitions qui sont utilisées. Le but des armes d'alarme est principalement de dissuader. 

Le trafic a pu reprendre vers 23 h. Plus tôt dans la soirée, des médias espagnols évoquaient des tirs, et des usagers de la SNCF s'affolaient sur les réseaux sociaux, dans la crainte d'un nouvel attentat.

"Nous avons eu un signalement inquiétant indiquant qu'un homme armé était entré en gare de Nîmes", a précisé la préfecture. Et d'ajouter: "Les forces de l'ordre sont arrivées rapidement sur les lieux, ont évacué la gare en établissant un périmètre de sécurité et ont fait les vérifications d'usage dans la gare et dans un TGV qui se trouvait à quai". Les autorités ont tenu à souligner qu'il n'y a "pas eu de fusillade".

La préfecture du Gard accueillait ce samedi le grand départ du Tour d'Espagne cycliste, la Vuelta. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, était d'ailleurs venu inspecter le dispositif policier après les attentats meurtriers survenus jeudi 17 et vendredi 18 en Catalogne et revendiqués par l'organisation djihadiste Etat islamique.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La préfecture du Gard accueillait ce samedi le grand départ du Tour d'Espagne cycliste.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-