Nîmes: un homme passe sa femme à tabac après une soirée échangiste, il écope de 24 mois de prison

Nîmes: un homme passe sa femme à tabac après une soirée échangiste, il écope de 24 mois de prison

Publié le 25/09/2017 à 11:09 - Mise à jour à 11:43
©Michael Coghlan/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un habitant de Nîmes de 33 ans a été condamné à 24 mois de prison dont 15 ferme, pour avoir roué de coups son épouse après une soirée échangiste. Cette dernière lui avait simplement signifié qu'il l'avait un peu délaissée, entraînant ce déchaînement de violence.

Pour un motif futile, un Gardois de 33 ans a passé son épouse à tabac après une soirée échangiste qui s'est déroulée à Nîmes en début de semaine dernière. Vendredi 22, il a été condamné à 24 mois de prison dont 15 ferme, pour avoir roué de coups son épouse, par le tribunal correctionnel de Nîmes, rapporte Objectif Gard.

Les faits s’étaient déroulés le samedi précédent, au retour d’une soirée passée dans un club échangiste, en périphérie de Nîmes. C'est une proche qui leur avait prêté sa voiture qui a découvert de nombreuses traces de sang et des touffes de cheveux dans l’habitacle de son véhicule, elle a alors prévenu les forces de l’ordre. Ces derniers ce sont rendus au domicile du couple et ont découvert la victime le visage tuméfié par la violence des coups reçus. Des violences qui ont entraîné 10 jours d'ITT.

A la barre, la femme a expliqué ce déchainement de violence: "Je lui ai fait une remarque car pendant la soirée il m'a laissée de côté. Il n'a pas apprécié, il a commencé à me frapper". "Vous l'avez massacrée monsieur, vous avez frappé dans les yeux, dans la tête, vous lui avez arraché les cheveux", souligne la juge au prévenu qui reste de marbre dans le box. De son côté, ce dernier a simplement souligné: "Je l’ai tapée avec le revers de la main, pas avec les poings"."Vous donnez l'impression monsieur de parler d'un vol de chaussettes à Monoprix", a répliqué la magistrate.

Le condamné a été placé sous mandat de dépôt à l’issue de l’audience et s'est vu notifier une obligation de quitter le Gard à sa sortie de prison.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je l’ai tapée avec le revers de la main, pas avec les poings", a tenté de se justifier l'accusé.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-