Non-lieu requis dans une plainte de Jérôme Kerviel contre la Société générale

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Non-lieu requis dans une plainte de Jérôme Kerviel contre la Société générale

Publié le 10/01/2017 à 10:26
©Dominique Faguet/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Jérôme Kerviel avait déposé une plainte contre la Société générale, son ancien employeur, pour "faux et usage de faux" et "escroquerie au jugement". Le parquet ne le suit pas, mais la décision appartiendra au juge d'instruction.

Le parquet de Paris a requis un non-lieu à l'issue de l'enquête sur les plaintes pour "faux et usage de faux" et "escroquerie au jugement" déposées par Jérôme Kerviel contre la Société générale, qu'il accusait d'avoir manipulé la justice, a-t-on appris mardi 10 de sources concordantes.

Le parquet a demandé le 27 décembre de clore sans poursuite judiciaire les investigations, a précisé une des sources, une information également révélée par France Inter.

Ce réquisitoire était la dernière étape avant la décision du juge d'instruction du pôle financier, qui n'a procédé à aucune mise en examen et pourrait donc ordonner un non-lieu.

Jérôme Kerviel, aujourd'hui âgé de 39 ans, avait déposé plainte pour "escroquerie au jugement", "faux et usage de faux" en avril 2012 puis s'était constitué partie civile en juillet 2013, ce qui avait conduit automatiquement à l'ouverture d'une information judiciaire, confiée au juge Roger le Loire.

Il accuse la banque d'avoir manipulé les entretiens qu'elle a eus avec lui les 19 et 20 janvier 2008, après la découverte de ses colossales prises de position sur les marchés. Ces discussions avaient été enregistrées et les bandes versées au dossier, mais une expertise diligentée par la justice a conclu que les enregistrements n'avaient été ni expurgés ni modifiés.

Le camp Kerviel affirme aussi que le groupe bancaire a trompé la justice en 2010 en ne l'informant pas du fait qu'elle avait récupéré, grâce à la législation fiscale en vigueur, 1,7 milliard des 4,9 milliards d'euros perdus.

Surtout, il accuse la banque d'avoir été au courant des risques qu'il prenait et de lui avoir imputé des pertes relevant d'autres opérateurs de marché.

"Ces réquisitions de non-lieu étaient tout à fait prévisibles", a réagi l'avocat de la banque, Me Jean Veil.

"Le camp Kerviel a toujours eu intérêt à tromper ses interlocuteurs en portant des accusations tout à fait inexactes qui ne peuvent pas tromper l'institution judiciaire", a-t-il ajouté.

Ces réquisitions de non-lieu sont un nouveau revers pour le camp Kerviel: fin septembre, le ministère public a requis un non-lieu à l'issue de l'enquête sur la plainte pour "subornation de témoin" dans laquelle Jérôme Kerviel accuse la Société générale d'avoir "acheté" son supérieur hiérarchique pour qu'il témoigne en faveur de la banque lors des procès.

Après des années de bataille judiciaire et médiatique, Jérôme Kerviel a tout de même remporté plusieurs manches face à son ancien employeur: la banque a été condamnée aux prud'hommes à lui verser près d'un demi-million d'euros.

Surtout, les 4,9 milliards d'euros de dommages-intérêts, remis en cause par la Cour de cassation, ont fondu en septembre à un million devant la cour d'appel de Versailles, la justice estimant qu'il y avait eu des "manquements" et des "carences" dans les procédures de contrôle de la banque.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La plainte avait été déposée en avril 2012.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-