Nord: jugé pour avoir tué son bébé qui le dérangeait dans son jeu vidéo

Nord: jugé pour avoir tué son bébé qui le dérangeait dans son jeu vidéo

Publié le 04/11/2018 à 17:05 - Mise à jour à 17:41
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le père du petit Djason, mort à six mois sous les coups, doit être jugé à partir de lundi à Douai (Nord). Il avait reconnu durant l'instruction avoir frappé son bébé qui pleurait et le dérangeait dans sa partie de jeu vidéo. Il risque 30 ans de prison.

Les explications du père lors de ses auditions avaient ajouté à l'horreur des faits pour lesquels il doit être jugé à partir de lundi 5 par la cour d'assises de Douai (Nord). Après avoir accusé le chien, le père de Djason, six mois, avait finalement reconnu l'avoir frappé car ses cris l'indisposaient alors qu'il était en train de jouer à des jeux vidéo. 

Le drame s'était noué dans la nuit du 29 au 30 janvier dernier à Denain, près de Valenciennes. La mère avait alors retrouvé son enfant inanimé sur le lit. Il avait succombé à plusieurs coups portés au thorax. Dans un premier temps, le père avait déclaré à sa compagne que le chien de la famille lui avait sauté sur la poitrine. Une version rapidement écartée par l'enquête. 

Voir: Le père alcoolique, analphabète et violent nourrissait ses enfants au coca

L'homme avait alors avoué que Djason s'était mis à pleurer alors qu'il était en train de jouer à Call of duty (un jeu vidéo de tir à la première personne). Dérangé dans ses loisirs et n'arrivant pas à faire taire son fils, il l'avait frappé à plusieurs reprises."Je voulais juste qu'il arrête de pleurer", a-t-il déclaré aux enquêteurs.

L'instruction a révélé que dans les heures précédentes, l'homme aurait poussé sa femme contre le mur au cours d'une dispute. Elle aussi l'avait dérangé pendant sa partie de PlayStation.

L'instruction n'a pas retenu l'intention de tuer, c'est donc pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner que le père doit être jugé à partir de lundi. Des faits pour lesquels il encourt 30 ans de réclusion criminelle, s'agissant de violences commises sur un mineur de 15 ans par un ascendant. 

Lire aussi:

Nord: devant les assises pour avoir laissé son bébé mourir de faim et de soif

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le père aurait voulu faire taire le bébé qui le dérangeait pendant sa partie de jeu vidéo.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-