La Bassée: des restes humains retrouvés flottant à la surface du canal d'Aire

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La Bassée: des restes humains retrouvés flottant à la surface du canal d'Aire

Publié le 04/06/2017 à 15:29 - Mise à jour à 15:47
© FRED TANNEAU / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une péniche a heurté samedi un objet lourd dans le canal d'Aire, à La Bassée, au nord de Lens. Le propriétaire a alerté les autorités, qui ont découvert sur place des restes humains et un pare-chocs de voiture.

Un batelier hollandais, aux commandes d'une péniche sur le canal de l'Aire, à La Bassée, une quinzaine de kilomètres au nord de Lens, a fait une macabre découverte samedi 3, alors qu'il naviguait en direction de la commune de Mont-Bernanchon.

Selon La Voix du Nord, l'homme a alerté les autorités après avoir heurté un pare-chocs de voiture dans le fond du canal. Vers 11h, les pompiers ont déboulé sur place et ont découvert des restes de corps humain flottant à la surface de l'eau.

Pensant que le squelette pouvait se trouver dans la voiture, les plongeurs ont rapidement commencé à fouiller le lac. D'autres fragments d'os humains ont été retrouvés. Mais à part le fameux pare-chocs, samedi soir il n'y avait toujours pas trace d'une carcasse de voiture. Aucune trace non plus de la tête du cadavre…

Selon les premiers éléments de l'enquête, le corps s'est totalement disloqué lorsqu'il est entré en collision avec la péniche. Certains morceaux auraient même été "broyés par l'hélice".

Les premiers os retrouvés ont permis de déterminer le sexe de la victime. Il s'agit d'un homme. C'est à peu près la seule chose dont les gendarmes sont certains. Ils espèrent retrouver rapidement la voiture pour ensuite faire une recherche via la plaque d'immatriculation.

L'ADN pourrait également venir apporter quelques lumières. L'institut de recherches devrait accélérer ses analyses des premiers éléments organiques afin d'ensuite comparer les résultats au fichier des personnes disparues.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les premiers os retrouvés ont permis de déterminer le sexe de la victime. Il s'agit d'un homme. (illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-