Nord: pour se venger de son ex-compagne, il tue leur fille de huit ans

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Nord: pour se venger de son ex-compagne, il tue leur fille de huit ans

Publié le 06/02/2018 à 10:29 - Mise à jour à 10:35
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme est jugé jusqu'à mercredi à Douai pour avoir tué sa fille de huit ans de plusieurs dizaines de coups de couteau au thorax en 2015. Il voulait se venger de son ex-compagne.

C'est le procès d'un terrible infanticide qui s'est ouvert lundi 5 devant la cour d'assises de Douai. Le tribunal juge le cas Jérôme Coppé, qui comparait pour l'assassinat de Laurelyne, sa fille de 8 ans à Landrecies dans le Nord. Le prévenu encoure la réclusion criminelle à perpétuité.

Les faits remontent à mai 2015. Le suspect a tué sa fille de 8 ans, qui dormait dans son lit, de plusieurs dizaines de coups de couteau au thorax, après avoir tiré plusieurs fois sur sa tempe avec un pistolet à air comprimé. Il a ensuite tenté de mettre fin à ses jours, sans succès.

Peu avant de passer à l'acte, il avait envoyé ce terrible SMS à son ex-compagne: "Laurelyne est partie (tu la verras plus, tu la toucheras plus, tu l’embrasseras plus, plus jamais) je pars avec elle, maintenant tu sais à quel point je t’aimais, je t’aime et t’aimerai pour toujours, la douleur atroce que l’on avait moi et Laurelyne tu l’auras toute ta vie". Jérôme Coppé n'avait pas supporté leur rupture et le fait qu'elle vive avec un autre homme.

Lire aussi - Lingolsheim: 30 ans de prison pour Mohamed El Amri qui avait tué sa femme et son bébé

A la barre, le prévenu a tenté de justifier son geste en déchargeant la responsabilité de son acte sur son ex-compagne. "Ça (le meurtre) va libérer Laurelyne et en même temps, sa mère, elle comprendra la chose qu’elle a fait", a-t-il déclaré sans jamais croiser le regard de cette dernière. "Elle (Laurelyne) me disait +papa, je veux monter au ciel+. Elle me disait +Jessica, c'est plus ma mère+, elle voulait plus lui parler", a-t-il détaillé, ajoutant que "sous l'emprise de la dépression, je me renfermais sur moi-même avec elle".  Et de conclure "Maintenant elle (Laurelyne) est heureuse", suscitant l'indignation chez certains jurés.

Le prévenu a passé la quasi totalité de sa détention provisoire en unité hospitalière spécialement aménagée (HPSA), pendant laquelle il a fait plusieurs tentatives de suicide. Le procès doit se poursuivre jusqu'à mercredi 7.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jérome Coppé a tenté de justifier son geste en déchargeant la responsabilité de son acte sur son ex-compagne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-