Norvège: 2.000 rennes bientôt abattus pour éradiquer une maladie rare

Norvège: 2.000 rennes bientôt abattus pour éradiquer une maladie rare

Publié le 09/05/2017 à 10:44 - Mise à jour à 10:56
©Jonathan Nackstrand/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Pour éviter la propagation d'une maladie contagieuse, le gouvernement norvégien a autorisé l'abattage d'environ 2.000 rennes. Plusieurs cas ont été détectés dans le pays, une première en Europe.

Il n'y aurait aucune autre solution. Le gouvernement norvégien vient d'autoriser l'abattage d'environ 2.000 rennes afin d'éviter la propagation d'une maladie contagieuse, la MDC (maladie débilitante chronique). Egalement appelée encéphalopathie des cervidés, cette maladie touche mortellement les cerfs de Virginie, les cerfs mulets, les cerfs à queue noire, les orignaux et les wapitis. Pour repérer cette pathologie, certains signes cliniques peuvent mettre la puce à l'oreille comme la dépression, un comportement anormal, une salivation excessive, l'incapacité à évaluer les distances ou bien l'agressivité et la panique.

Plusieurs cas ont déjà été détectés dans le pays: trois rennes seraient infectés dans une même harde. En parallèle, deux élans seraient eux aussi touchés mais ce cas précis est jugé moins préoccupant car ces animaux ne vivent pas en groupe. Il s'agit d'une première en Europe.

Alors pour empêcher la propagation de la maladie, les autorités norvégiennes ont préconisé l'éradication de la harde concernée, un groupe qui compte entre 2.000 et 2.200 rennes vivant à l'état sauvage dans la région montagneuse de Nordfjella, dans le sud-ouest du pays. Cet accord a été donné "sur la base des connaissances en notre possession aujourd'hui et des recommandations unanimes des experts", a expliqué le ministère de l'Agriculture norvégien précisant que le troupeau devrait être décimé d'ici au 1er mai 2018. Il représente près de 6% de la population norvégienne totale de rennes.

Chez les cervidés, la maladie peut être transmise par contact direct ou indirect, par le biais de l'environnement (par l'urine par exemple). Jusqu'à présent, aucun traitement n'a été trouvé contre cette maladie.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le troupeau devrait être décimé d'ici au 1er mai 2018.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-