Nouvelle-Zélande: 3 étudiants français trouvent la mort dans un accident de la route

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Nouvelle-Zélande: 3 étudiants français trouvent la mort dans un accident de la route

Publié le 20/06/2017 à 12:26 - Mise à jour à 12:37
©Capture d'écran Stuff
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois jeune français ont trouvé la mort dans un accident de voiture en Nouvelle-Zélande, dans le nord du pays, samedi. Tous étudiants ingénieurs, ils étaient scolarisés au Cesi de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique. Ils devaient rester plusieurs mois dans ce pays dans le cadre d'un stage. Deux de leurs camarades sont sortis vivants, mais blessés, de cette collision.

Pas moins de trois étudiants français ont trouvé la mort dans un accident de la route samedi 17 en Nouvelle-Zélande vers 20h (heure locale). Tous âgés de 23 ans et scolarisés au Cesi, école d'ingénieur informatique de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique, ils ont péri sur une route à 80 kilomètres au sud d'Auckland, la plus grande ville du pays située dans sa partie nord.

Ils avaient posé leurs bagages depuis peu de temps sur le territoire et devaient y rester plusieurs mois dans le cadre d'un stage. Profitant d'une journée de repos pour visiter l'île, les étudiants ont été surpris par le brouillard épais qui était descendu sur la route, globalement peu dangereuse selon les témoins de l'accident interrogés par Stuff, un média local.

Leur Toyota est alors violement entrée en collision avec une BMW qui arrivait en face. Les trois jeunes sont morts sur le coup et deux de leurs camarades s'en sont sortis grièvement blessés. Ce mardi 20, leurs jours n'étaient plus en danger même si leur état est toujours grave d'après les autorités. Le conducteur du véhicule de marque allemande, de nationalité néo-zélandaise, est lui aussi décédé à cause du choc provoqué par l'accident.

"La voiture était en feu... Il n'y avait personne pour aider. Il était trop tard pour aller chercher un extincteur, les flammes couvraient l'ensemble de la voiture", a confié un des témoins de la scène.

Deux des trois étudiants étaient originaires de la région amiénoise et le troisième venait de la commune d'Orvault, non loin de Nantes. A Saint-Nazaire au Cesi, une cellule psychologique a été mise en place.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La route n'est pas jugée dangereuse par les locaux mais un épais brouillard était tombé au début de la soirée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-